Le pont d'Amandio près de Calçoene bientôt reconstruit

amazonie
Pont BR 156
©Sal Lima
Dimanche dernier un pont en bois de la route BR 156 qui relie Oiapoque à Macapa au Brésil s'est effondré sous le poids d'un grumier. Un énième incident sur cette route longue de plus de 600 km, unique axe de communication entre Oiapoque et la capitale fédérale Macapa. Le pont est en reconstruction.
Pont d'Amandio sur la BR156
©DR

L'organisme qui effectue l'entretien des routes est à pied d'oeuvre pour la reconstruction du pont Amandio  a assuré le SETRAP (Secrétaire d'Etat aux Transports de l'Etat d'Amapa). Le nouveau pont pont va mesurer 15 m et devrait être terminé dans une dizaine de jours. Ce ouvrage d'art qui datait de 10 ans avait pourtant fait l'objet d'une révision il y a un an. Seulement le camion qui a provoqué l'effondrement transportait 120 tonnes de bois et était trop lourd pour l'ouvrage. En attendant une déviation pour les véhicules légers a été mis en place et le trafic y est contrôlé en permanence. La BR 156 compte 37 ponts et le SETRAP assure qu'ils sont régulièrement révisés.

Les habitants d'Oiapoque ulcérés.

Les habitants d'Oiapoque n'en peuvent plus de la BR 156, la route qui les emmène vers la capitale amapaense. Une bonne partie de cette route est en réalité une piste en latérite souvent impraticable durant la saison des pluies. Cela rend bien sûr les déplacements dans la région compliqués. Une situation que les habitants d'Oiapoque supportent de plus en plus difficilement. La première des conséquences est l'isolement des centres de décisions, une économie difficile en raison des ruptures d'approvisionnement pour les commerçants sans compter les difficultés pour la population d'avoir une offre de soins complète. Certains des habitants ont manifesté sur les réseaux sociaux, leur colère et le sentiment d'abandon qu'ils éprouvent.

Ce pont d'Amandio qui cède dimanche dernier remet encore plus en avant la question de la finition de cette partie de la BR156.  Une route promise depuis de nombreuses années et qui conditionne notamment l'ouverture de la circulation du pont entre les rives française et brésilienne. Une situation qui perdure depuis 3 ans.