Georges Othily désormais dans le rôle de l'éminence grise

politique
Georges Othily Sénateur honoraire
©CP
On connaissait les prises de positions urticantes de Georges Othily selon certains de ses contradicteurs, samedi dans l'émission radio Place Publique, les auditeurs ont redécouvert son ton acide voire décapant quand il s'agit de distribuer bons ou mauvais points aux acteurs de la classe politique.
S'exprimant sur les sénatoriales à venir et à propos des futures élections pour l'Assemblée Unique et la réforme territoriale en Guyane, Georges Othily caustique a soufflé le chaud et le froid : ..."Antoine Karam a tout pour être un bon sénateur", "Jocelyn Ho Tin Noé  ferait un bon sénateur."
Si le sénateur honoraire de la Guyane se dit volontiers en retrait de la politique, ses déclarations publiques tendraient à prouver qu'une retraite politique pour celui qui fût notamment, président de la Région Guyane, chef de file des Forces Démocratiques de Guyane et sénateur durant plus de deux mandatures, n'est pas à l'ordre du jour. Faut-il le rappeler, en début de campagne des dernières municipales, il s'affichait  déjà aux côtés du maire de Cayenne, Marie-Laure Phinéra Horth.

Des exécutifs non porteurs de projets politiques

En prenant position et en apportant un soutien à Antoine Karam et Jocelyn Ho Tin Noé, le septuagénaire Georges Othily a tenu à prouver que si son action directe était éteinte, sa parole politique, elle, pouvait encore peser sur l'avenir de la Guyane.
Autre preuve, le mauvais point adressé à Alain Tien Long et Rodolphe Alexandre, les deux présidents des collectivités majeures et candidats déclarés à la présidence de l'Assemblée Unique. Tous deux coupables, aux yeux du sénateur honoraire, d'inefficacité à la tête de leur collectivité pour cause de manque de projet politique. Des candidats qui se seraient bien passé de ces jugements peu flatteurs mais à fort écho d'un Georges Othily plus que jamais dans le débat politique local.