guyane
info locale

La ministre Belkacem à l'Ecole Supérieure du Professorat et de L'Education

politique
Najat Vallaud Belkacem
©guyane 1ère
A l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education, dernière étape de son séjour en Guyane, la ministre Najat Vallaud-Belkacem a certifié à ses dirigeants qu'ils pouvaient compter sur l'aide du gouvernement pour faire avancer la formation de jeunes enseignants en Guyane.
Assurer la formation des enseignants dont le territoire et la jeunesse guyanaise ont besoin telle est la vocation première de l'ESPE, l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education. Créée en septembre 2013, cette structure héritière de l'ex UFM (Institut de Formation des Maîtres) adossée à l'Université de Guyane devra s'affirmer dans un département à démographie positive sur un immense territoire où subsistent de grosses difficultés de recrutement et d'affectation des enseignants.
Un territoire plurilingue, multiculturel et handicapé par un faible réseau de communication. Une réalité malgré laquelle, l'ESPE doit devenir selon les voeux du ministre de l'Education "un pôle d'excellence et d'expertise professionnelle, le laboratoire annexe participant à la refondation de l'école telle que voulue par François Hollande".

Le défi de l'ESPE, produire le vivier nécessaire de diplômés

Un an après sa mise en service l'ESPE c'est 450 étudiants et stagiaires accueillis par une trentaine de formateurs et déjà plus de 730h de formation dispensées depuis le début de l'année Scolaire".
Des formateurs permanents pour la plupart enseignants chercheurs ou enseignants du second degré opérant sur 2 sites. Le plus important est à Cayenne et l'antenne de Saint-Laurent du Maroni accueille une soixantaine d'étudiants.
Le défi de l'ESPE? Produire le vivier nécessaire de diplômés en licence pour faire face à la demande croissante des établissments scolaires. On estime qu'il en faudrait 200 pour le professorat des écoles et 100 pour le second degré d'ici 5 ans.
Un défi ou plutôt un challenge car la réalité est que l'ESPE manque d'enseignants et de formateurs alors que la population estudiantine se trouve, elle, en croissance constante. Il manque par exemple un laboratoire pour les filières scientifiques alors que se multiplient les demandes en doctorat.
Najat Vallaud Belkacem l'a promis, 60 postes d'enseignants seront créés d'ici les 4 prochaines années. La ministre de l'Education qui s'est bien gardée de tout effet d'annonce budgétaires durant son séjour guyanais a insisté en revanche sur sa volonté d'accompagner l'ESPE sur la voie de la performance.
L'avenir dira...

Reportage José Charles-Nicolas


Publicité