publicité

Les habitants d'Oiapoque dans la rue pour protester contre le rationnement en électricité

Depuis deux semaines la ville d'Oiapoque sur la rive brésilienne n'est plus alimentée normalement en électricité. Ce rationnement provoque des troubles importants et gêne l'activité économique. Les habitants ont manifesté en masse dans les rues mardi après-midi pour protester contre cette situation.

© Humberto Baía
© Humberto Baía
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
C'est un des plus grand rassemblement qu'a connu à ce jour Oiapoque,. Il y avait mardi après-midi près de 2000 personnes dans les rues de la ville frontière. Des habitants excédés qui vivent le rationnement en électricité depuis plusieurs semaines avec tous les désagréments que cela comporte. En effet la compagnie d'électricité de l'Amapa a changé son système d'alimentation électrique. Elle ne passe plus par des usines thermiques coûteuses en gazole. Désormais sa production est hydroélectrique avec la "Linhao Tucuruí". Mais le raccordement dans les différentes villes de l'état de l'Amapa n'est pas complet et c'est le cas pour Oiapoque située à 590 km de la capitale Macapa qui subit de plein fouet son éloignement. Elle continue d'être alimentée par sa station thermique mais le carburant arrive difficilement en raison de l'état de la route nationale, la fameuse BR 156. Il faut 21 000l de diesel par jour pour alimenter la commune.

Un climat social tendu

 Le week end dernier un jeune homme est décédé intoxiqué au monoxyde de carbone par le moteur du générateur utilisé à son domicile. Cet accident a mis le feu au poudre. Les étudiants de l'UNIFAP, l'université binationale d'Oiapoque ont décidé d'organiser une manifestation. Ils étaient à la tête de la procession qui a parcouru la ville et s'est aussi rendue sur le fameux pont binational de l'Oyapock. S'il n'y a pas eu d'incidents majeurs, les manifestants ont crié des slogans réclamant de l'énergie et des pneus ont été brûlés.
Il n'y a pas eu de blessés ni d'arrestations mais le climat social reste tendu sur la rive brésilienne et il pourrait y avoir d'autres manifestations ces jours prochains.

Sources : G1 Amapa et SelesNafes.com

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play