publicité

Difficile de décrocher son permis de conduire en Guyane

En Guyane, où les transports en commun sont très peu développés, le permis de conduire est une nécessité absolue. Surtout qu’il conditionne souvent l’obtention d’un emploi. Pourtant, le taux de réussite à l’examen est le plus bas de France.

Le permis de conduire, un précieux sésame © Sécurité-routière.gouv.fr
© Sécurité-routière.gouv.fr Le permis de conduire, un précieux sésame
  • Mathilde Azérot
  • Publié le
En 2013, seuls 39,46% des candidats s’étant présentés à l’examen du permis B en Guyane l’ont obtenu. La moyenne nationale était alors de 59, 94%. En deux ans, le taux de réussite a chuté de 10 points (il était de 49,43% en 2011). 
Passer son permis en Guyane est pourtant sensiblement moins cher que dans le reste du pays (700 à 800 euros quand il coûte en moyenne 1 200 euros ailleurs). Les délais d’attente pour le repasser ne font pas non plus partie des plus élevés. Dès lors, quels sont les facteurs qui peuvent expliquer, qu’avec des conditions plutôt favorables en comparaison avec les autres départements français, il soit, en Guyane beaucoup plus difficile de l’obtenir ?
Le rôle des examinateurs est posé. Même s’il y aura toujours des inspecteurs plus sévères que d’autres, peut-être des efforts doivent-ils être faits pour « harmoniser les pratiques », reconnaît Didier Renoir, responsable des inspecteurs des permis de conduire à la préfecture, à Cayenne. Celui des auto-écoles est également soulevé. Elles se doivent de présenter des candidats prêts pour l’épreuve de conduite. En Guyane, la disparité est forte entre les taux de réussite affichée par les auto-écoles. En 2013, affirme Didier Renoir, le taux le plus bas détenu par une auto-école était de 8%, quand le plus haut était de 74%. Un écart anormal.
Le fait que la Guyane accueille un grand nombre de personnes étrangères ne maîtrisant pas suffisamment bien le français est une autre explication pour comprendre que 6 candidats sur 10 échouent à décrocher leur permis.
Certains professionnels font le lien entre ce taux d’échec conséquent et le fait que des personnes font le choix de rouler sans permis. Selon la préfecture, pour l’année 2014, 841 personnes ont été arrêtées sans permis, depuis janvier 2015, elles sont déjà 517. 
Conduire sans permis est passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.
Un taux de réussite faible permis de conduire

 

CE QUE VA CHANGER LA LOI MACRON

Le permis de conduire a fait l’objet de nombreuses réformes. Dernière en date : la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron », promulguée le 7 août 2015 et dont les mesures devraient entrer en vigueur en 2016.

  • Le permis de conduire est désormais considéré comme un « service universel ». Chaque candidat doit avoir une place pour se présenter à l’examen.
  •  Le délai entre deux passages d’un même candidat à l’épreuve de conduite ne pourra pas excéder 45 jours (contre 98 en moyenne aujourd’hui, 85 jours en Guyane). Dans les départements où ce délai est supérieur à 45 jours, il sera désormais possible de recourir à des agents publics ou des contractuels autres que les inspecteurs pour faire passer l’épreuve de conduite.
  •  Ce sont des sociétés privées qui feront passer le code de la route. Les inspecteurs se concentreront donc uniquement sur la partie pratique du permis. Ces épreuves pourront se tenir dans les lycées, en dehors du temps scolaire.
  • La durée minimale de 20 heures de conduite obligatoires est supprimée.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play