publicité

Mules : le scanner corporel n’est pas la solution miracle

Face à l’explosion du nombre de mules arrêtées en Guyane, deux parlementaires guyanais réclament l’installation d’un scanner corporel à l’aéroport Félix Eboué. Mais cet appareil ne permet pas de détecter la drogue ingérée.

Douaniers à l'aéroport Félix Eboué de Matoury © guyane 1ère
© guyane 1ère Douaniers à l'aéroport Félix Eboué de Matoury
  • Laurent Marot
  • Publié le
Depuis trois ans, le nombre de passeurs de drogue – les « mules » en jargon douanier - arrêtés à l’aéroport Félix Eboué ou sur le chemin de l’aéroport guyanais a explosé : 111 en 2013, 135 en 2014, 171 depuis le 1erjanvier, selon les douanes. Les saisies de cocaïne augmentent elles aussi : 143,7 kg en 2014, 273,6 kg depuis le 1er janvier, soit d’ores et déjà un quasi-doublement des quantités saisies par rapport à l‘année dernière. Les deux tiers des « mules » sont françaises et près de la moitié (44 %) viennent de Saint Laurent du Maroni. Ces derniers mois, deux parlementaires guyanais ont interpellé le gouvernement sur ce phénomène. « Il y a de plus en plus de jeunes guyanais qui se lancent dans cette action, c’est très dangereux », s’inquiète Gabriel Serville, député du Parti Socialiste Guyanais (PSG). Dans une question écrite à la ministre de la justice en juin, puis un courrier au ministre de l’intérieur, le député maire de Matoury a réclamé l’installation d’un scanner à l’aéroport où passeraient les passagers afin de « mieux lutter contre les trafics ». Même inquiétude et même revendication chez le sénateur Antoine Karam (PSG) : « Il y a un scanner à Georgetown, à Miami ou dans des aéroports de la Caraïbe, si on peut mettre en place cet appareil, cela changerait les choses », souligne le parlementaire. 


Pas de détection de la drogue ingérée

Mais contrairement à ce qu’indiquent les élus, le type de scanner installé dans plusieurs aéroports à travers le monde pour contrôler les passagers ne permettra pas d’identifier la plupart des mules qui passent de la drogue à partir de la Guyane. En effet, contrairement à son homologue médical, ce scanner corporel ne permet pas de voir sous la peau, par exemple de la drogue ingérée dans l’estomac. Il donne seulement une vision du corps des voyageurs, sous leurs vêtements. Or, selon les douanes, sur les 171 mules arrêtées depuis le 1er janvier, 102 portaient de la drogue « in corpore », c'est-à-dire ingérées dans leurs estomacs ou insérées dans l’anus. La plupart des autres mules arrêtées cachaient la drogue dans leurs bagages de soute, soumises à d’autres contrôles. Malgré tout, pour les douanes, cet appareil serait un progrès : « Ce scanner corporel pourrait être complémentaire de nos autres modes d’action », explique Thierry Gose, chef divisionnaire des douanes en Guyane. « Il peut nous permettre de détecter la drogue transportée sur la peau, dans les sous-vêtements », ajoute t-il. 

 
Adapter les lois

Expérimenté en 2008 à l’aéroport de Nice puis en 2010 à Roissy Charles de Gaulle, sur la base du volontariat des passagers, l’usage de ce type d’appareil a finalement été abandonné au titre de la protection de l’intimité et de la vie privée, suite à des réactions hostiles d’associations telle la ligue des droits de l’homme. «Nous ne sommes pas dans l’hémisphère nord, il faut renforcer la prévention et adapter les lois pour vaincre ce fléau», rétorque le sénateur Antoine Karam. Au final, le seul moyen de détecter la drogue ingérée par les mules est de les amener à l’hôpital de Cayenne pour leur faire passer une radio. L’installation à l’aéroport Félix Eboué d’un appareil de radio mobile a été envisagée en début d’année, mais le projet a été abandonné en raison du coût trop élevé du dispositif, avec notamment la nécessité d’avoir un médecin et une équipe spécialisée sur place.

Le reportage de Laurent Marot et Elise Ramirez
Un scanner pour les mules

Sur le même thème

  • trafic de drogue

    Cocaïne : la longue file des mules guyanaises

    Saint-Laurent du Maroni, la ville frontalière avec le Surinam est devenue depuis quelques années l’un des lieux de recrutements des trafiquants de cocaïne. Les mules guyanaises!
    Un phénomène en pleine explosion dans l’ouest du territoire guyanais. Saint-Laurent du Maroni a toujours été un lieu de trafic : trafic d’essence, de cigarettes, de denrées alimentaires et de cocaïne, aujourd’hui, à grande échelle. De l’autre côté des rives du Maroni, à quelques minutes en pirogue, le Surinam et son business de la poudre blanche achetée 10 fois moins chère que dans l’hexagone.
    La plupart des habitants de Saint-Laurent du Maroni vivent en dessous du seuil de pauvreté.

  • trafic de drogue

    Trop Violans réclame un scanner pour l'aéroport Félix Eboué afin de stopper le phénomène des mules

    L’association Trop Violans ne veut pas de l’échographe en cours d’installation à l’aéroport Félix Eboué. Les membres demandent aux autorités d’installer un scanner corporel pour mieux lutter contre le passage permanent de mules qui s’envolent pour l’hexagone.

  • trafic de drogue

    Cocaïne : plus d’une tonne saisie en Guyane en 2018

    Plus d’une tonne de cocaïne saisie cette année en Guyane. C’est près de deux fois plus que l’an dernier. Alimenté par le Surinam voisin, le trafic explose, à destination de l’Europe. Le point d’entrée, c’est l’ouest guyanais.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play