publicité

Deux membres de la bande de «Manoelzinho» devant les assises pour meurtre en bande organisée

Deux ressortissants brésiliens comparaissent devant les assises pour meurtre en bande organisée depuis le 25 janvier à Cayenne. Le procès concerne l’embuscade tendue en janvier 2012 à Dorlin par la bande présumée de Manoelzinho à une autre bande qui fera 5 morts.

Manoelzinho lors de son arrestation au Brésil © guyane 1ère
© guyane 1ère Manoelzinho lors de son arrestation au Brésil
  • Laurent Marot
  • Publié le
Deux personnes seulement sur le banc des accusés aux assises, dans une affaire où les suspects relevés par l’enquête sont bien plus nombreux : la frustration est de mise à la lecture de l’ordonnance de mise en accusation, qui reflète les obstacles rencontrés par les gendarmes et le juge d’instruction, dans une enquête ralentie par son caractère international et la difficulté à recueillir des renseignements en forêt. Valdemir Dos Santos Ribeiro Pimenta, surnommé « Novato », le bras droit présumé de « Manoelzinho », comparaît pour « meurtre en bande organisée » (l’embuscade tendue à la bande de Felipe, qui contrôlait la zone à l’époque), Itamar Bezerra Alves, surnommé « Japon » ou « Itamar», est également poursuivi pour « meurtre en bande organisée », mais cette fois-ci à l’encontre de « Careca Rico », un responsable de puits soupçonné d’avoir commandité l’embuscade de la bande à Felipe, tué en juin 2012.

Manoelzinho, le chef de bande, sera jugé par défaut

Cité à comparaître pour « meurtre en bande organisée » et « complicité de meurtre en bande organisée », Manoel Moura Fereira, alias « Manoelzinho » sera jugé par défaut, c’est-à-dire en son absence, car il est incarcéré au Brésil depuis son arrestation à Macapa en juillet 2012. Il doit être jugé pour ces faits par la justice brésilienne. A noter que "Manoelzinho" a été condamné par défaut le 6 janvier dernier à Cayenne à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Fernanda Franca Sanchez, une jeune femme tuée en mai 2011 à Saint Elie.
 
Un 4ème accusé dans cette affaire de Dorlin a été relâché en 2013 de la prison de Ducos, en Martinique, suite à une erreur de procédure. Le procès est prévu pour durer jusqu’au lundi 1er février.
 
Le meurtre des deux militaires du 9ème Rima et la tentative de meurtre de deux gendarmes du 27 juin 2012, à Dorlin, dont cette même bande est soupçonnée, est un autre volet judiciaire, qui relève de la JIRS de Fort de France (Juridiction Inter-Régionale Spécialisée).


Le reportage de Laurent Marot et Alfonso Martinez
Rappels des faits de l'affaire Manoelzinho jugée aux assises


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play