Bilan mitigé de la quatrième visite en Guyane de George Pau Langevin

logement
George Pau Langevin à l'ouverture de la 12ème conférence de Coopération Régionale
George Pau Langevin à l'ouverture de la 12ème conférence de Coopération Régionale ©Eric Boutin
48 heures en Guyane, six visites de sites, six rencontres avec des élus et des responsables le programme de la ministre des Outre-mer en Guyane était dense de mercredi à hier soir, mais que retenir du quatrième passage sur le territoire guyanais de George Pau-Langevin ? 

Les avancées

S’il n’y a pas eu d’annonce au cours de cette visite de la ministre des outremers, on retiendra des confirmations. A commencer par celle de l’ouverture à la circulation du pont sur l’Oyapock. Pas de date précise mais une période : les mois de septembre et octobre.
George Pau-Langevin était très attendue en ce qui concerne l’opération d’intérêt national qui sera menée en Guyane. On a ainsi pu en connaître les contours : trois agglomérations sont concernées, Cayenne, Saint-Laurent et Kourou. Un tiers des terrains appartiennent à l’Etat et seront cédés gracieusement mais reste à définir clairement le montage financier. On sait seulement que six millions d’euros seront mis sur la table pour les deux premières années d’études.
Et puis, on retiendra le coup de pouce donné au maire de Roura. David Riché demande des finances de l’Etat pour aider à boucler le budget de sa commune, 500 000€ par an. George Pau-Langevin s’engage à appuyer sa demander auprès du ministère des finances.

Les points mal maîtrisés

Etre ministre des Outre-mer peut souvent, en visite sur le terrain, être assimilé à jouer les communicants pour le gouvernement. George Pau-Langevin, venue en pleine mobilisation nationale, a dû défendre la loi travail face à des lycéens opposés au projet. Si la ministre des Outre-mer n’a pas semblé la plus convaincue du gouvernement à ce sujet, elle a toutefois judicieusement invité les jeunes à lire le texte pour se faire une idée.
Le zika a été abordé également au cours de cette visite d’une manière plutôt maladroite. Au cours d’une séquence fourre-tout à Matoury dans le quartier de Cogneau-Lamirande pour une visite de la RHI, la lutte contre les moustiques s’est invitée au programme. Visite sur le terrain au pas de course avec des agents de la CTG, puis tentative d’enlèvement d’un véhicule hors d’usage l’occasion d’aborder aussi ce sujet. Au final, trop de sujets abordés dans la même séquence pour comprendre le message du gouvernement et trop peu sur le zika pour oublier les désaccords avec la ministre de la Santé. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live