Covid : la vaccination, l’arme la plus efficace contre l’épidémie

coronavirus
Centre de vaccination à Cayenne
©CL

Lundi, les autorités sanitaires ont annoncé le décès en Guyane de deux patients covid vaccinés. Ces décès ne sont pas dus au vaccin selon l’hôpital de Cayenne et l’ARS, mais à de lourdes co-morbidités. Malgré tout, le vaccin reste une arme efficace. 

Lundi, les autorités sanitaires ont annoncé le décès en Guyane de deux patients covid qui étaient vaccinés. Ces décès ne sont pas dus au vaccin selon l’hôpital de Cayenne et l’ARS, mais à de lourdes co-morbidités. Malgré tout, le vaccin reste l’arme la plus efficace pour freiner l’épidémie et limiter fortement la mortalité. C’est ce que montrent les études faites dans le monde entier ces derniers mois.

Effets de la vaccination

A Cayenne, le directeur de l’institut Pasteur scrute les études scientifiques publiées dans le monde entier sur les effets de la vaccination. Elles montrent que là où les campagnes sont les plus avancées, les cas covid, et notamment les formes graves, sont en net recul.

Aujourd'hui selon les études de pays qui ont adopté la vaccination en masse, les vaccins diminuent drastiquement les formes graves

Mirdad Kazanji directeur de l’Institut Pasteur de la Guyane

 

Le Pfizer protège à 95%

L’exemple du Chili a pu brouiller le message. Dans ce pays, la vaccination bien avancée n’a pas enrayé l’épidémie, notamment car le vaccin le plus utilisé, le Coronavac, est efficace à 50 % seulement contre le virus, selon une étude brésilienne, et 50 à 80 % selon les autorités locales. Or, le Pfizer utilisé en Guyane protège à plus de 95 % contre la souche de départ, et devrait être efficace contre le variant P1 brésilien. Autre confirmation des études : en se vaccinant, on diminue de façon importante le risque de contaminer les autres si on contracte le virus.

Les personnes vaccinées ont peu de chances de avoir des cas graves, ils propagent très peu le virus 

Mirdad Kazanji, directeur de l’Institut Pasteur de la Guyane

 

Immunité collective

Les gestes barrières, le dépistage et les couvre-feux freinent l’épidémie, mais la vaccination massive reste la seule stratégie identifiée par les experts pour en venir à bout. En Israël, où plus de 60 % de la population a été vaccinée avec le Pfizer, on est proche de cette immunité collective, selon les épidémiologistes. Le taux d’incidence est l’un des plus bas au monde, le masque n’est plus obligatoire à l’extérieur, et la vie reprend son cours petit à petit, même si les experts restent prudents.

►Le reportage de Laurent Marot et Karl Constable : 

Crise sanitaire : vacciner pour contrer l'épidémie.