Dans une lettre ouverte, Gabriel Serville dénonce les propos du Premier ministre sur la colonisation

politique
Gabriel Serville à l’assemblée nationale
Gabriel Serville ©guyane 1ère
Gabriel Serville tacle une nouvelle fois le chef du gouvernement. La petite phrase de Jean Castex sur le plateau de TF1 lui a fortement déplu. Le député guyanais l'interpelle dans une lettre ouverte.
 
« Nous devrions nous auto-flageller, regretter la colonisation, je ne sais quoi encore !», c’est  la petite phrase tenue par Jean Castex sur le plateau de TF1 qui provoque l’indignation de Gabriel Serville. Le député guyanais dans une lettre ouverte interpelle le Premier ministre. Une petite phrase qui en suscite bien d’autres. D’abord, Gabriel Serville s’interroge sur le fait que le débat sur les aspects positifs de la colonisation existe encore. « Nous sommes nombreux (…) à avoir longtemps cru que ce débat sur les aspects positifs de la colonisation était enfin clos, remplacé définitivement par nos valeurs républicaines faisant de tous les membres de notre espèce, des êtres Humains égaux en dignité et en essence….». Puis il dénonce « le monstrueux édifice idéologique inégalitaire et suprémaciste, élaboré par des esprits égarés tels que Arthur de Gobineau ou Georges Vacher de Lapouge ». Un schéma intellectuel encore très présent dans les esprits, un carcan nourri par des clichés ancrés dans la mémoire collective, très loin de la réalité.

Selon Gabriel Serville, en 70 ans cet édifice a pu être déconstruit, grâce à l’œuvre éclairée d’un certain nombre d’humanistes. Il cite notamment, le président de la République Emmanuel Macron « …notre Président, Emmanuel Macron, votre patron, Monsieur le premier Ministre, en février 2017, a déclaré que la colonisation était un crime contre l’humanité, et in fine, une barbarie ». Il invoque également les intellectuels d’Outre-mer, Frantz Fanon, Léon Gontran Damas, Aimé Césaire, qui ont tenté de construire une identité propre.

En opposant les propos du chef du gouvernement à ceux du chef de l’Etat, Serville imagine un désaccord idéologique entre les deux hommes, mais aussi « avec une longue lignée d’auteurs, et d’intellectuels du 20ème siècle qui, par leur travaux, particulièrement après l’abomination que fut la seconde guerre mondiale, ont enrichi durablement les humanités françaises (...) Lui faisant ainsi comprendre que les Droits de l’Homme, impliquent le respect de tous les Hommes…»

Gabriel Serville va encore plus loin, il interroge sur les véritables motivations de Jean Castex  et fait cette supposition : « cette déclaration (…) correspond à un clin d’œil, à peine discret, fait en direction de l’extrême droite… »
Ces propos sur la colonisation ont suscité de vives réactions de tous bords sur les réseaux sociaux. Cette lettre ouverte de Gabriel Serville, en est une de plus.
A lire ici :

Lettre ouverte au Premier ministre Jean Castex