A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

Les leçons politique de la campagne

  • Par Phil Labonté
  • Publié le
La question se pose en effet après le rapprochement  PSG/Phinéra Horth et la décision de cette dernière d’ouvrir sa liste aux partis de l’opposition.
 
Exit la doctrine, la morale et la conscience politique, la fin justifie les moyens, il faut ratisser large pour espérer atteindre son objectif. Vive réaction du coup du président de Guyane 73 : Rodolphe Alexandre, furieux de voir son œuvre, son héritage souillé, foulé du pied par celle qu’il a lui-même placé à la tête du chef lieu ; furieux de cette ouverture surprise, dit-il, à ceux qu’il a auparavant combattu.
Un geste d’ouverture perçu comme une véritable trahison et donc pas question de figurer sur la liste, même s’il le désirait.
 
Exclusion de faite de celui qui depuis de longues années fait figure d’homme fort du pays ; le patron de la CACL qui a cédé son fauteuil de maire pour celui de la région….Celui qui pendant longtemps a surfer sur la vague Sarkozy et Guyane 73 avant le coup d’arrêt des élections présidentielles, avec la défaire de son candidat favori.
 
Serait-ce le creux de la vague aujourd’hui pour Rodolphe Alexandre, serait-il subitement devenu moins indispensable ; ne serait-il plus l’homme idéal, le poulain dont il faut absolument  le soutien ou avoir à ses cotés.
 
L’homme fort de la Guyane sur le déclin ? l’avenir nous le dira mais l’histoire retiendra qu’après avoir écarté un Horth de la mairie de Cayenne, Gil, c’est un autre Horth, Marie-Laure, qui le met hors, lui et son groupe. Ironie politique certes mais aussi une des nombreuses leçons politique à tirer de cette campagne des municipales, même si cela fait un peu des HORTH.
 
Charly Torres, A MO KI DI
 
présenté par
vos programmes tv