publicité

A Mo Ki Di

Du lundi au vendredi à 08h10.

A Mo Ki Di

Violences femmes: journée pour dire stop

  • Par Phil Labonté
  • Publié le
STOOOP!!! Bien évidemment aux violences faites quotidiennement aux femmes aussi bien en Guyane que dans le monde. Les chiffres parlent d’un même : une femme tuée tous les deux jours sous les coups de son compagnon ; une femme sur dix victimes de violences conjugales en France ; une femme violée toutes les 6 minutes et bien d’autres exactions encore.
 
A ce titre, permettez-moi de saluer une fois de plus le courage d’Annick, notre invité café ce matin.
Ancienne victime, elle a depuis longtemps décidé de réagir, sortir de l’omerta, briser le mur du silence pour s’en sortir, par l’écriture, et témoigner publiquement aujourd’hui de son expérience malheureuse, avec encore beaucoup d’émotion et de trémolo dans la voix. Un message fort à celles qui hésitent encore.
 
Face à un arsenal législatif encore défaillant, la meilleure arme reste encore la parole voir l’écriture. La grande majorité de ces crimes et exactions ne sont en effet pas jugés car leurs victimes ne déposent pas plainte ou ne sont prises au sérieux quand elles osent franchir le pas, nous disait Annick.
J’entends d’ici quelques esprits chagrin dire fièrement, qu’il y a aussi des hommes battus, victimes de violences, ok, mais la proportion reste largement inférieure à celle des femmes victimes ; des femmes considérées à travers le monde comme le sexe faible,  face aux mâles qui font du mal, face aux chefs de famille tout puissant disposant de tous les droits, de tous les atouts ; notamment physique, disposant surtout d’un petit attribut leur conférant une certaine impression de supériorité.
 
J’entends aussi dire  honteusement, si elles sont battu, violé ou autre, c’est parce qu’elles l’on cherché ou mérité car trop de caractère, pas assez docile ou un comportement belliqueux, trop « djock » de ces femmes qui doivent donc être châtié.
 
Sauf, en pareil cas, rien ne peut justifier l’injustifiable. Et donc, à tous ces hommes à la main légère disons que fanm sé pa pou Kou, min fanm sé pou lanmou.
 
Charly Torres, A MO KI DI
présenté par
publicité
vos programmes tv