Déconfinement : l'inquiétude des transporteurs scolaires si l'activité ne reprend pas

éducation
Transports scolaires
Joëlle Prévot au centre gérante société de Transports scolaires
Les entreprises de transport sont fortement impactées par la crise sanitaire. Celles qui font du transport scolaire sont suspendues à la reprise de l’école. Toutes ne pourront pas reprendre leur activité. Elles pourraient perdre un tiers de leur chiffre d’affaires annuel. 
Les entreprises de transport sont fortement impactées par la crise sanitaire. Celles qui font du transport scolaire sont suspendues à la reprise de l’école la semaine prochaine. Mais toutes ne pourront reprendre leur activité si c’est le cas car cette nouvelle rentrée ne concerne que les écoles primaires, les collèges et les lycées resteront fermés. Elles pourraient perdre un tiers de leur chiffre d’affaires annuel. 
 

Des pertes importantes

Bientôt deux mois que les bus n’ont pas roulé. Mais malgré l’arrêt forcé de la flotte, l’entreprise doit l’entretenir.
La société a fait ses comptes, un tiers du chiffre d’affaires de l’année s’envolera si l’école ne reprend pas. Des recettes en rapport avec les 15 premiers jours du mois de mars et plus rien depuis.
Joelle Prévot gérante d'une socitété de Transport scolaire explique que "...s'il n'y a pas de reprise nous perdons 60 jours de recette, soit un tiers de notre chiffre d'affaire annuel." 
Si tel était le cas les sociétés de transport scolaire pourraient faire rentrer de l’argent seulement en novembre avec les contrats qu’elles signeraient en septembre. Sept mois sans recettes serait alors une véritable purge qui affecterait la trésorerie. Les entreprises ont demandé à être indemnisées. Joëlle Prévot se confie "..il semblerait qu'il y ait un accord avec l'AGGLO. Nous en attendons les termes".
 

540 000 euros à répartir

L'AGGLO
L’AGGLO, le donneur d’ordre, a fait savoir qu’une enveloppe de 540 000 euros sera débloquée pour venir en aide aux transporteurs scolaires.
Serge Bafaud 6ème vice- président délégué au Transport rassure "...nous avons trouvé une solution, 540 000 euros à répartir entre les transporteurs".
Les entreprises sont d’ores et déjà invitées à formuler leur demande d’accompagnement auprès des services de l’AGGLO.
Le reportage de Roland Pidéri :

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live