L'Institut Pasteur mène son enquête sur le nombre de personnes infectées par les Arbovirus en Guyane

santé
Enquête Arbovirus Institut Pasteur
Une équipe d'enquêteurs à Saint-Laurent du Maroni ©guyane 1ère
L’institut Pasteur a lancé une grande enquête "Epiarbo" auprès de la population de Guyane. Huit équipes d’enquêteurs sillonnent la Guyane pour interroger 2500 habitants afin d'estimer précisément le nombre de personnes infectées ces dernières années par les Arbovirus présents en Guyane.

Avec l'enquête Epiarbo, l'Institut Pasteur de Guyane va estimer le plus précisément possible le nombre de personnes infectées ces dernières années par les Arbovirus présents en Guyane ; la dengue, le chikungunya et le zika.

Des binômes sur le terrain

Les sondés doivent répondre à un questionnaire détaillé et accepter un prélèvement sanguin effectué par les enquêteurs. Les équipes mandatées par l’Institut Pasteur, travaillent en binôme. Elles suivent le cadastre de la commune et vont voir des foyers, tirés au sort. Dans cette équipe, on retrouve : un infirmier et un enquêteur. 
Première étape : le questionnaire. Une cinquantaine de questions permettant de cibler les endroits fréquentés par la personne, les conditions d’hygiène de son foyer, et son accès aux médias et aux différentes campagnes de sensibilisation. Il faut ensuite signer un document de l’Institut Pasteur, précisant que la personne accepte de participer à cette enquête. Dernière étape : l’infirmier réalise un prélèvement sanguin. Ce prélèvement permettra de déterminer les Arbovirus contractés par la personne testée. Huit équipes d’enquêteurs sillonnent la Guyane jusqu’à mi-septembre. L’épidémie de zika ayant pris fin officiellement en septembre 2016,  cette enquête devrait permettre de réaliser un bilan détaillé un an après la fin de la dernière épidémie. 


Nota Bene
Sachez que, selon l’Institut Pasteur, il y a eu de nombreuses rumeurs qui ont circulées sur les réseaux sociaux et ont empêché les enquêteurs de faire leur travail. Vous pouvez vous fier aux enquêteurs qui viennent vous voir s’ils ont les badges et les équipements de l’Institut Pasteur comme vous l’avez vu dans le reportage. 



Les Outre-mer en continu
Accéder au live