Le double meurtre au village chinois de Cayenne sur fond de « Borlette »

faits divers
La Borlette, jeu d'argent
©Guyane1ère
Les rumeurs ont couru très tôt sur les raisons de la fusillade qui a couté la vie à deux hommes il y a un peu plus d'une semaine dans un bar au village chinois à Cayenne. Le commanditaire présumé de la fusillade est soupçonné d'avoir orchestré ce double homicide sur fond de «borlette».
Quatre chiffres griffonnés sur un morceau de papier, Dany un joueur de « Borlette » les a rêvés. Il a donc décidé de les jouer. La « Borlette » est une sorte de loto clandestin dont le tirage dépend de la loterie de New York. Pour jouer rien de plus simple, il suffit de se rendre auprès d’un revendeur à Cayenne, on en trouve un peu partout. La « Borlette » c’est du rêve, mais aussi beaucoup de liquidité qui échappe à tout contrôle. Il y a quelques années la police de Cayenne avait arrêté deux organisateurs de « Borlette », deux hommes qui ont capitalisé un chiffre d’affaire de 2 millions d’euros annuel. Une belle somme d’argent exempte de taxe et d’impôt. La « Borlette » est illégale en France mais elle se pratique librement en Haïti, c’est de là que provient ce loto très répandue dans les rues de Port au Prince. A l’université de Guyane Marianne Palisse est maître de conférences en anthropologie. Elle a vécu en Haïti et étudie cette société. Selon elle, les haïtiens accordent de l’importance à l’égalité des chances, une valeur construite sur les ruines du colonialisme, c'est de là que la « Borlette » tire toute sa notoriété. Tenter sa chance et rêver de réussite, c’est bien l’objectif des joueurs de « Borlette », malheureusement il arrive que cet argent non traçable amène son lot de violence.

Le reportage de Claire Giroud et Martial Gritte