Le syndicat UTG et la famille d'Arthur Ho Bing Huang réclament des explications à l'Hôpital de Cayenne sur les circonstances exactes de son décès

coronavirus
Syndicalistes et membres de la famille Ho Bing Huang devant le Char
Manifestants devant l'hôpital ©Isabel Lerouge

Ils sont environ une quarantaine à s'être réunis devant l'hôpital de Cayenne ce samedi, militants syndicaux et la famille d'Arthur Ho Bing Huang décédé dans l'établissement il y a deux jours. Les manifestants réclament des éclaircissements sur les conditions de ce décès, qu'ils jugent troubles.

Suite au décès d’Arthur Ho Bing Huang à l'âge de 76 ans, le syndicat UTG organise une action depuis ce matin (samedi 22 mai) devant l’hôpital de Cayenne. Sa disparition qui a bouleversé le monde syndical. Le défunt était un membre actif et faisait montre d'investissement reconnu par tous.

Une prise en charge du défunt jugée insuffisante

Aux côtés de la famille, l’UTG dénonce la prise en charge d’Arthur Ho Bing Huang, ancien syndicaliste et ancien président des Prud'Hommes, décédé ce 20 mai des suites du covid selon les autorités sanitaires.
Pour les syndicalistes c'est une nouvelle occasion de souligner encore les dysfonctionnements au sein de la structure et de remettre en cause les chiffres de la pandémie communiqués par les autorités.

La famille porte plainte

La famille du défunt, quand à elle, estime que la prise en charge a été insuffisante et inadaptée et a décidé de porter plainte contre l'hôpital. Dès le 20 mai, la fille du défunt, Natacha Ho Bing Huang remettait en cause la qualité des soins qui lui avaient été administrés :

Dans un courrier, la direction de l'hôpital a indiqué : qu'une analyse approfondie du parcours du patientsera organiséedans les prochains jours par les équipes médicales concernées, conformément aux protocoles en vigueur. Si un dysfonctionnement était alors avéré, il ferait l'objet, comme les régles de déontologie et de gestion des risques le prévoient, d'un signalement aux autorités administratives et judiciaires.