La maire d’Oiapoque ville frontière avec la Guyane, soupçonnée de détournement de médicaments et de tests pour la lutte contre la Covid-19

coronavirus
Perquisitions Oyapock
©DR
Des perquisitions sont en cours aux domiciles et dans les bureaux de huit élus et fonctionnaires d’Oiapoque. La maire Maria Orlanda Marques fait partie des personnes ciblées. Toutes sont suspectées de détournement de médicaments et de tests pour la lutte contre la Covid-19.
 
Des perquisitions sont en cours aux domiciles et dans les bureaux de huit élus et fonctionnaires d’Oiapoque. La maire Maria Orlanda Marques fait partie des personnes ciblées. Toutes sont suspectées de détournement de médicaments et de tests pour la lutte contre la Covid-19.
 

Des perquisitions en série

Depuis ce matin, une trentaine d’agent de la police fédérale de l’Amapa perquisitionnent les domiciles et les bureaux de huit élus et fonctionnaires d’Oiapoque. La maire, Maria Orlanda Marques fait partie des politiques concernés. Cette opération, l’opération Panacéea, du nom de la déesse grecque Panacée qui prodigue aux hommes les médicaments et les plantes, cette opération a été lancée dans l’Amapa pour lutter contre le détournement des tests de diagnostic de Covid-19 mais aussi de médicaments, tels que l'azithromycine et l'ivermectine, deux puissants antibiotiques utilisés au Brésil pour soigner les malades atteints de la Covid-19, au même titre que l’hydroxychloroquine.
 

Détournement de masques et de tests

Les bâtiments de la mairie et du secrétariat municipal de la Santé sont passés au peigne fin. Plusieurs tests, masques et de tabliers à usage hospitalier ont été saisis. Selon la police fédérale, ces détournements seraient en partie directement liés à la situation de manque et d’insuffisance en matériel pour lutter contre le coronavirus, dont souffrent les services médicaux d’Oiapoque. Les suspects pourraient être inculpés de détournement et d’utilisation abusive de biens et services publics à des fins personnelles. Ils risqueraient une peine pouvant aller jusqu'à 24 ans de prison.
A noter que Maria Orlanda Marques, la maire d’Oiapoque n’en est pas à son premier bras de fer avec la justice brésilienne. Elle est déjà sous le coup de plusieurs inculpations, dont une pour détournement de fonds publics et attribution abusive de marchés publics à des fins personnelles.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live