publicité

Maison Départementale des Personnes Handicapées : un rapport accablant sur la gestion 2011-2016

Un faible rendement, des sommes indues perçues par la directrice et son adjoint. La chambre régionale des comptes a passé au crible la gestion de la Maison Départementale des Personnes Handicapées de 2011 à 2016. En clair des dérives et des irrégularités pointées par les magistrats financiers.
 

La MDPH à Cayenne © MCT
© MCT La MDPH à Cayenne
  • Laurent Marot/MCT
  • Publié le , mis à jour le
Un faible rendement, un personnel pas assez formé, des sommes indues perçues par la directrice et son adjoint. La chambre régionale des comptes a passé au crible la gestion de la MDPH 2011 à 2016. La Maison Départementale des Personnes Handicapées présente une situation préoccupante avec des dérives et des irrégularités pointées par les magistrats financiers.


Un rapport accablant 

Le rapport de la chambre régionale des comptes pointe «un accueil peu fonctionnel de la MDPH à Cayenne » et  une antenne improductive à Saint Laurent du Maroni (…) qui « n’a jamais fonctionné correctement".
« Le rendement de la MDPH est insuffisant », ajoute la chambre.  270 demandes traitées en moyenne par an et par agent. Contre 721 au niveau national.
Il faut compter 5 mois en moyenne pour traiter les demandes de prise en charge des enfants handicapés contre  3 mois sur le plan national. Pour les adultes, l’attente est de 7 mois. Un peu plus de 4 en moyenne pour la France entière.
Les 42 salariés de la MDPH forment « un ensemble disparate, rassemblé non en fonction des besoins de la structure mais des disponibilités et du bon vouloir de chaque partenaire », il y a « un excès de cadres et une insuffisance de personnel d’exécution »
Les agents sont « insuffisamment formés au cœur de métier de la structure ».


Des jours de récupération us et coutumes

Le rapport pointe aussi « un régime de récupération de 200 % des samedis, dimanche et jours fériés travaillés». Un dispositif hors normes…« le taux légal étant de 100 % maximum »...La « durée du travail prévue est insuffisante » précise la chambre des comptes. 1543 heures de travail/an/agent, contre 1607 heures légales.
De plus, trois jours « us et coutumes » non travaillés ne sont pas fondés : la « journée du maire », un jour pour la « fête des pères ou mères », un autre pour les « fêtes de fin d’année ».


Indemnité de fonction et de performance

Le rapport fustige aussi « le détournement » du Fonds Départemental de Compensation du Handicap. Censé financer des équipements pour les personnes handicapées, il été utilisé pour le fonctionnement de la MDPH : notamment le paiement en 2012 du nouveau régime indemnitaire du personnel, pour 218 mille euros.
Enfin, selon le rapporteur, « une indemnité de fonction et de performance a été accordée de manière indue à la directrice et à son adjoint ».
La directrice qui a perçu, en plus de son salaire 1875 euros bruts/mois, et le directeur-adjoint 1125 euros bruts/mois.
La chambre des comptes demande le reversement des sommes indûment perçues.
 
Un rapport de la cour des comptes épingle la MDPH

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play