publicité

Matoury : un imbroglio complexe autour des terrains de la Levée

Contre attaque des riverains de la Levée. Ils sont menacés d’expulsion, par deux familles, installées en Martinique, qui revendiquent la propriété de leurs parcelles. L’association des habitants vient de produire de nouveaux documents, qui relancent le débat.

Réunion des occupants du chemin e la Levée © Nicolas Piétrus
© Nicolas Piétrus Réunion des occupants du chemin e la Levée
  • Guyane la 1ère
  • Publié le
Nouvel épisode dans ce feuilleton démarré le 26 mars dernier au moment de l'expulsion de sa maison d'un homme de 91 ans, Gérard Joseph pour occupation indue. Depuis, les rebondissements s’enchainent et les propriétaires des parcelles à la Levée, installés en Martinique, ont fait valoir leurs droits, documents à l’appui. L’association Union primordiale de la Levée Courbary a, elle aussi, publiquement, présenté des documents, qui mettent en cause la mairie de Matoury et l’Etat.
Elle est assistée d'un avocat qui va la représenter en justice sur la foi d'un document signé le 30 septembre 1991 par la mairie de Matoury et préfet de la Guyane qui précise que l'on doit régulariser la situation des occupants de la Levée.

Le reportage de Guyane la 1ère

 

Sur le même thème

  • société

    Un vendredi saint au marché de Cayenne

    Nous sommes vendredi aujourd’hui. Vendredi saint, pour les catholiques. Jour où le Christ est mort sur la croix, avant de ressusciter. En Guyane, c’est une tradition ! A cette date, on bannit la viande. On lui préfère le poisson, accompagné de beignets et de légumes.

  • société

    Jours saints : Retour à la source pour Manuela

    C’est la semaine sainte. Une semaine spéciale pour les chrétiens du monde entier. Certains ont choisi d’aller plus loin dans leur foi et se sont rendus à la source : Israël  en Terre Sainte. C’est le cas de Manuela Milock, lors d’un pèlerinage organisé par l’AME. 

  • société

    Affaire couachi :Le PDG de l'IRD sort de son silence

    La polémique autour du couachi et du brevet de l'IRD validé par l'Union Européenne, enfle. Les opposants sont nombreux à y voir un pied de nez à la pharmacopée et aux droits des Guyanais. Le PDG de l'Institut de recherche et de développement, récuse toutes les accusations.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play