1er avril: début d’une nouvelle ère pour France-Guyane

médias
France-Guyane
Seuls 4 journalistes et 2 administratifs constituent l'équipe de reprise de France-Guyane. ©Guyane la 1ere
A compter de ce 1er avril, c’est donc NJJ Presse qui prend les rênes du groupe de presse éditant France-Guyane et France-Antilles. En Guyane, seuls 6 salariés sont gardés sur un effectif de 23 personnes. Et dès ce matin, premier grand rendez-vous en audioconf avec la nouvelle direction.
C’est par un courriel daté du lundi 30 mars que la liste des salariés repris par NJJ Presse a été dévoilée. 126 des 235 salariés du groupe gardent leur poste au sein du groupe de Xavier Niel, le nouveau propriétaire des éditions.
A Cayenne, 4 journalistes figurent dans le plan de reprise. Ils seront accompagnés d’un personnel administratif et d’une commerciale. Même si l’on savait depuis quelques semaines que seuls 6 salariés seraient maintenus en poste, la liste en mode couperet fait mal à ceux qui se retrouvent sans emploi.
Les lettres de licenciement seront expédiées ce 1er avril pour les 17 de France-Guyane comme pour leurs collègues antillais.
"Ça n’a pas été chose facile que d’attendre cette liste » selon Jean-Philippe Bazile, l’un des représentants du personnel « maintenant qu’elle est tombée, chacun sait et il faudra donc tourner une page…sauf si dans la prochaine fenêtre, il y a possibilité de retrouver un poste pour certains ».
Pour l’heure, si le début de jouissance est donc prévu ce 1er avril, pour le retour du journal papier dans les rayons, il faudra encore attendre.
 

Le numérique en attendant le retour du papier

Pour ceux qui restent en poste, cette date du 1er avril est pleine de symboles. C’est ce mercredi que le directeur général de NJJ Presse, Anthony Maarek s’adressera aux 126 salariés du groupe pour évoquer le futur du groupe. Les contours de ce que souhaitent Xavier Niel et son équipe pourraient être connus tout comme le nom du directeur délégué de NJJ pour les éditions de Guyane des Antilles. Le nom de Franck Espiasse-Cabau est avancé parmi les candidats sérieux à la direction du groupe dans le bassin guyano-antillais.
 
France-Guyane
Seuls 4 journalistes et 2 administratifs constituent l'équipe de reprise de France-Guyane. ©Guyane la 1ere

Le projet, tel que présenté il y a 3 semaines lors d’une séance de travail entre les représentants des salariés et Anthony Maarek, fait état d’une édition numérique pour la Guyane. Ce, dans un premier temps. La direction de NJJ Presse envisage à moyen terme un retour du France-Guyane version papier. Aurons-nous des infos plus précises à l’issue de ce premier rendez-vous entre la direction et ses salariés ? Pas si sûr.
Selon Pierre Rossovich, l’un des journalistes maintenus en poste « nous avons rencontré le directeur général du groupe avant l’audience du tribunal à Fort-de-France. Il a indiqué que le numérique est la première étape du projet pour la Guyane. Sur la forme du numérique, fil infos ou PDF, nous en saurons davantage quand le projet sera finalisé… »
 

Relancer les éditions et publications en pleine crise sanitaire

Lors de cette même réunion en terre martiniquaise, l’annonce d’embauches avec des compétences extérieures à l’existant a été formulée pour renforcer le pool de l’info en Guyane. Depuis le 20 mars dernier, deux journalistes du site cayennais ont d’ailleurs repris les mises en ligne avec un accès tout-gratuit « il s’agissait pour nous dans la crise sanitaire de marquer solidarité et soutien à la population guyanaise. C’est une initiative prise alors que nous étions dans une phase transitoire » souligne Pierre Rossovich.
La relance d’un tel projet en pleine crise sanitaire ne va pas faciliter la reprise des activités. Rappelons que l’impression pour les deux territoires antillais se fera en Guadeloupe. Avec des machines qui n’ont pas tourné depuis deux mois, il y aura certainement une période de maintenance et de remise en état des outils industriels et laisser le temps aux équipes de nettoyage d’investir les locaux.
Pour la Guyane, malgré le confinement, l’axe de reprise étant le numérique, les journalistes peuvent travailler à distance et en télétravail. Leurs publications depuis une dizaine de jours sont un exemple du virage souhaité par Xavier Niel et son équipe. La prise de parole du jour devrait dévoiler les premières priorités pour la nouvelle direction.
Le 1er avril n’est définitivement pas uniquement le jour du poisson d’avril, il marque le début d’une nouvelle ère de la presse en Guyane et aux Antilles.