A Saint-Laurent du Maroni, une opération de destruction de carbets sauvages a été menée à la Charbonnière

sécurité guyane
destruction de carbets sur les rives du Maroni
destruction de carbets sur les rives du Maroni ©Eric Léon
Dans le quartier de la Charbonnière où avant la fermeture des frontières avec le Suriname débarquaient toutes les pirogues, l’opération a été très remarquée. Les baraques clandestines ont été détruites. L'occasion d'un rappel au confinement dans le quartier le plus animé de Saint-Laurent.

 
L’opération de lutte contre le commerce illégal a réuni les forces conjointes de la gendarmerie et de la police municipale de Saint-Laurent du Maroni.   
Cette action visait à nettoyer la zone afin d’éviter tout rassemblement et l’implantation de baraques illégales. L’occasion pour le collectif Covid-19 de sensibiliser à nouveau les habitants du quartier de la Charbonnière au respect des gestes barrières.
6 carbets détruits
6 carbets détruits ©Eric Leon
 

Les carbets illégaux ont été détruits à coups de marteaux 

L’opération a été déclenchée par surprise, avant même l’installation de ses occupants. En quelques minutes, la zone des berges est bouclée par des patrouilleurs fluviaux.
Ce n’est pas la première fois qu’une telle opération est menée. Objectif : empêcher  les installations illicites et éviter tout rassemblement dans le quartier de la charbonnière explique Yves Dareau, sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Laurent du Maroni :

Il était très important de montrer, d’une part les engagements qui ont été pris il y a deux ans et d’autre part en cette période de confinement de procéder à la destruction de ces carbets sauvages.
La Charbonnière était un point critique. Il est évident qu’à partir du moment où les personnes ne respectent pas et continuent à se rassembler dans certains lieux qu’il y aura d’autres opérations de ce type.
Quelques heures plus tard, la zone est nettoyée

 
Encore beaucoup de monde fréquente le quartier de la Charbonnière
Encore beaucoup de monde fréquente le quartier de la Charbonnière ©Eric Léon
Quelques heures aprés l'opération, la zone est nettoyée. La plage du quartier de la charbonnière est la plus fréquentée de la ville, mais aussi le point de départ et d’arrivée du trafic fluvial entre le Suriname et la Guyane.
Une zone à risques  en ces temps de crise sanitaire. 
Un collectif de citoyen a décidé d’aller au plus près des habitants pour rappeler les consignes de sécurité.
Furmen Alasa, porte parole du Collectif COVID-19 de Saint-Laurent du Maroni :
 

Nous avons décidé de venir ici à la Charbonnière car c’est la place la plus mouvementée de St Laurent du Maroni, là ou il y a beaucoup de passages tous les jours comme vous pouvez le constater.
C’est important de venir expliquer à la population que nous ne voulons pas mettre fin à leurs activités mais pour le moment, au vu de la période dans la laquelle nous sommes, c’est important d’arrêter certaines choses et de respecter les mesures de confinement qui ont  été prises par l’Etat.
 


Bilan de l’opération, 6 carbets recevant du public ont été démolis

Le collectif COVID-19 de Saint-Laurent entend lui poursuivre sa campagne de sensibilisation aux gestes barrières dans d'autres quartiers de la ville de St Laurent du Maroni.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live