Colonisation en Guyane : le pardon de l’Eglise catholique

religion
Colonisation en Guyane : le pardon de l’Eglise catholique
Une messe solennelle de repentance et d’action de grâce pour les lumières et les zones d’ombre de l’Eglise catholique de Guyane a eu lieu à la cathédrale de Cayenne. ©Seefiann DEIE
Une messe solennelle de repentance et d’action de grâce pour les lumières et les zones d’ombre de l’Église catholique de Guyane a eu lieu dimanche soir à la cathédrale de Cayenne. C’est l’aboutissement d’un processus de consultation mené par l’Église sous la forme d’un synode.
Une messe de repentance pour reconnaître la part de responsabilité de l’Église catholique durant la période coloniale et post coloniale. En février, un synode diocésain a recueilli la parole de nombreux guyanais.
Le processus a abouti à la messe solennelle de dimanche à la cathédrale de Cayenne. L’Évêque de Guyane a demandé pardon pour la responsabilité de l’Église catholique dans l’esclavage et la colonisation
 

« Nous confessons notre part de responsabilité dans ce mal. Dans toute cette histoire douloureuse et ces souffrances qui perdurent et les stigmates portés par tant de personnes, nous avons notre part de responsabilité en tant qu'église de Jésus Christ »

Monseigneur Emmanuel Lafont, évêque  de Guyane


Revenir vers le passé, c’est regarder en face « une avalanche de souffrances », selon les mots de l’évêque. Souffrance des amérindiens, des esclaves et de leurs descendants, souffrance des bagnards. Pour l’Église, l’heure est à la repentance. 
 

« Nous n'avons pas su toujours dénoncer les crimes commis pendant la colonisation. Beaucoup des nôtres ont été complices et ont gardé le silence. Nous demandons pardon.»

Monseigneur Emmanuel Lafont, évêque de Guyane


L’Evêque évoque aussi les lumières de l’Église ou non, les héros du quotidien, des religieux et religieuses, des chefs marrons, des révoltés, des poètes comme Damas. Cette messe a marqué les fidèles.
Colonisation en Guyane : le pardon de l’Eglise catholique
Monseigneur Lafont, qui va atteindre fin octobre la limité d’âge pour exercer ses fonctions, doit quitter sa charge d’évêque prochainement. ©Seefiann DEIE

Monseigneur Lafont, qui va atteindre fin octobre la limité d’âge pour exercer ses fonctions, doit quitter sa charge d’évêque prochainement. Cette messe était le dernier acte de sa mission dce chef de l’Église catholique de Guyane.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live