Coronavirus : à côté du défi sanitaire, le défi logistique pour le CHC

coronavirus
Logistique CHC
C'est dans cet entrepôt situé dans Cayenne que Marie-Ange Modika, responsable du magasin général du CHC, gère l'approvisionnement ©S. Laporte
Depuis le début de la crise sanitaire, les hôpitaux sont confrontés aux difficultés d’approvisionnements. Suppressions de vols, fermetures de frontières, pression internationale sur certains produits : autant d’obstacles au quotidien pour le CHC.
 
Pour faire face à l’afflux de patients atteints du coronavirus, l’hôpital de Cayenne doit sans cesse ajuster son équipement. Le service post-réanimation, mis en place depuis une vingtaine de jours, vient de recevoir 5 nouveaux respirateurs, mais plusieurs dizaines d’autres appareils sont déjà en fonction.

 
Le défi logistique du CHC
Paulo Matison, ingénieur biomédical, au côté des soignants le personnel administratif est lui aussi au combat ©S. Laporte

« Aujourd’hui notre parc s’élève à 72 respirateurs, globalement. Donc l’hôpital de Cayenne est armé, en tout cas pour accueillir les patients Covid jusqu’à 45 lits et même 60, qui est la cible à atteindre au niveau régional ».

Matison, ingénieur biomédical

 
Le personnel hospitalier a aussi besoin de beaucoup de consommables, les soignants doivent disposer en permanence de masques, de gants, et de sur blouses… C’est dans un hangar, situé quelque part dans Cayenne, que sont commandés et réceptionnés ces stocks. Après quatre mois de crise sanitaire, le risque de pénurie reste toujours très élevé. 
 

« En masques FFP2 on est à environ deux semaines de stock. On a des arrivages aussi qui sont prévus, un peu plus de 40 000 unités, ce sont des commandes avions...Nous sommes par contre en difficulté sur les tenues jetables, avec des réapprovisionnements prévus en fin de semaine prochaine et début septembre, mais aussi sur les gants ».

Marie-Ange Modika, responsable du magasin général de l’hôpital de Cayenne


Pour obtenir ses commandes, le personnel du magasin général de l’hôpital doit chaque jour renouveler sa stratégie.
Avec la fermeture des frontières, la diminution du nombre de vols et la forte demande qui pèse sur certains produits, le prix des équipements de protection s’envole.
 
La logistique du CHC
De nouveaux respirateurs pour le CHC ©S. Laporte
 

« Les masques qu’on achetait à 16 centimes d’euro l’unité sont passés à presque deux euros pièce. Si je prends l’exemple des gants on achetait la boîte à 2,30 euros HT, on est passé à 11,5 euros HT. Les prix, je vais pas dire qu’ils ont doublé ou triplé, c’est carrément du fois 5, fois 10, sur certaines références ».

Marie-Ange Modika, responsable du magasin général de l’hôpital de Cayenne

Coronavirus : à côté du défi sanitaire, le défi logistique pour le CHC ©Guyane La 1ère

  
Pour recevoir les produits à temps, il faut y mettre le prix. Malgré tout, cela ne suffit pas toujours, le Centre Hospitalier de Cayenne indique avoir déjà consacré plus de 5 millions d’euros de fonctionnement et 1,3 million d’euros d’investissement en fournitures et aménagements afin de faire face à l’épidémie..
 

« C’est vrai qu’on a encore parfois des livraisons partielles de nos commandes. C’est-à-dire que si on commande 100 000 unités, on en reçoit que la moitié ou qu’un tiers, parce que le fournisseur a été obligé de répartir son stock entre ses différents clients et effectivement on a des restes à livrer parfois sur des produits en tension. Comme par exemple les réactifs de laboratoires ou les gants ou récemment les sur blouses, avant qu’on ait pu reconstituer notre stock ».

​Juliette Besse, directrice adjointe de l’hôpital de Cayenne, en charge des fonctions supports


Les difficultés d’approvisionnement en réactifs restent régulières, ils sont pourtant essentiels pour effectuer les tests de dépistage.
 
La logistique
Ce service post-réanimation, mis en place depuis une vingtaine de jours, reçoit 5 nouveaux respirateurs ©S. Laporte
Les Outre-mer en continu
Accéder au live