Coronavirus : devant l'évolution inquiétante de la crise sanitaire le préfet Marc Del Grande appelle les Guyanais à se ressaisir

coronavirus guyane
Le préfet de Guyane, Marc Del Grande
Le préfet de Guyane, Marc Del Grande ©Communication Préfecture de la Guyane
La cellule de crise va se réunir ce lundi 25 mai afin de statuer sur la gravité de la pandémie coronavirus en Guyane et de prendre de manière concertée de nouvelles mesures pour endiguer la propagation du virus. Mais le préfet Marc del Grande en appelle aussi à la responsabilisation des Guyanais.
Quelles seront les mesures adoptées pour faire face à ce pic de l'épidémie Covid en Guyane? Avec 328 cas avérés, la Guyane est proche de la phase 3 de l'épidémie. Il faut attendre la réunion de la cellule de crise de ce lundi à la Préfecture pour une réponse.
Interviewé lors du Journal Soir du 24 mai, le préfet Marc Del Grande a décliné tous les dispositifs déjà mis en place et annoncé la réunion de crise en présence de tous les acteurs état, élus et associations :


Confinement ou pas?

Ce lundi, le préfet intervenait sur les ondes de la radio et ne se prononçait pas fermement sur cette éventualité :

... Toute la stratégie est de l'éviter. Les 10 jours qui arrivent sont déterminants. Ces derniers jours, une augmentation des cas avec deux tiers des cas à l'est à Saint-Georges et Camopi et un tiers à Cayenne, Macouria et Kourou pour les grandes masses... Il n'y a plus de cas importés par avion... Le sujet c'est de garder le plus étanche possible le cluster de Saint-Georges avec le reste de la Guyane...


Le respect absolu par la population des mesures barrières pour contenir la propagation du virus

Le préfet a martelé une nouvelle fois l'obligation pour la population d'observer les mesures barrière, la distanciation sociale et le port du masque. Force est de constater que si une très grande majorité de la population respecte ces principes ce n'est pas le cas de tous les habitants. Pour arriver à des résultats positifs, il faut parvenir à ce que 100% de la population adhère.
La difficulté, est de faire comprendre qu'en Amérique du Sud, ce n'est pas la fin de l'épidémie comme dans l'hexagone. Il faut faire preuve de prudence dans la vie professionnelle et personnelle. Cela revient à une prise en main personnelle et responsable pour tous pour gagner la bataille.
Sur les hospitalisations, elles se font précocément pour contenir une éventuelle aggravation de l'état de santé des malades. Les patients les plus fragiles sont évacués à l'hôpital de Cayenne pour éventuellement, si leur état le nécessite, les basculer dans les services adéquats.
Sur la surveillance du fleuve Oyapock, le préfet affirme qu'elle est effective 24/24h et fonctionne. A propos du passage du pont par des ressortissants français qui reviennent en Guyane, les conditions sont plus restrictives et obligent à une surveillance médicale.

C'est un panel de facteurs qui améneront à un éventuel reconfinement rappelle le préfet. Pour le moment, ils ne sont pas encore réunis et Marc Del Grande attend la fin de la semaine pour prendre d'autres décisions.

Retrouvez l'intégralité de cette interview ICI



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live