Coronavirus : seuls 230 élèves vont encore à l’école à Cayenne, la plupart sont des enfants des soignants et des forces de l'ordre

coronavirus
Un élève dans une des classes ouvertes en Guyane
Un élève dans une des classes ouvertes en Guyane ©Jocelyne Helgoualch
Sur la place des Palmistes à Cayenne, l’école Samuel-Chambaud est un des rares établissements scolaires ouverts depuis le 16 mars en Guyane. L’école accueille 60 enfants. Leurs parents sont soignants, policiers ou militaires, tous engagés sur le front de la lutte Covid-19 en Guyane.





 

L’école Samuel Chambaud accueille 60 enfants tous les jours de la semaine depuis le 16 mars.
Des enfants dont les parents sont essentiellement des soignants, des policiers ou des militaires.
Des professions indispensables et en première ligne dans la lutte contre le Coronavirus

Classe de CM2 à Cayenne
Classe de CM2 à Cayenne ©Jocelyne Helgoualch

Pour les parents, cette école, c’est un véritable soulagement. Pouvoir travailler et assurer leur mission de service public

Le directeur de l’APAJH Guyane a ses enfants scolarisés dans l’école Samuel-Chambaud.

La possibilité d’avoir ces classes ouvertes aux personnels de l’association d’aide aux enfants et aux adultes en situation de handicap est primordiale pour poursuivre la mission de l’APAJH explique son directeur, Gildas Le Guern.

Ça nous permet, nous salariés de l’APAJH de pouvoir travailler et de continuer nos missions d’accueillir et d’accompagner  les personnes en situation de handicap. Ils sont fragilisés par la crise du Covid, donc ça nous permet de faire notre travail le plus normalement possible. C’est un réel service pour nous.

 
La classe de CM2 de Samuel Chambaud à Cayenne
La classe de CM2 de Samuel Chambaud à Cayenne ©Jocelyne Helgoualch

Des enfants de policiers ou de militaires bénéficient aussi de l’ouverture de cette école.
Cet accueil et cette aide aux devoirs permet à ces parents mobilisés par la crise sanitaire en Guyane de s'investir pleinement dans leurs missions.

Une mère de famille, militaire dans l’armée de terre en Guyane précise : 

Mon conjoint est aussi militaire. Ce n’était pas évident au début de devoir rester à la maison avec nos missions. On faisait 50/50 au départ pour la garde de nos enfants. 
Dès qu’on a eu l’opportunité, le 11 mai, de mettre nos enfants à l’école et à la crèche, on travaille tous les deux.

lavage des mains dés la rentrée dans l'école
lavage des mains dés la rentrée dans l'école ©Stéphane Floricien

L’école a mis en place un protocole pour le respect des gestes barrières et des règles d’hygiène. Les enfants ont très vite adopté les bons réflexes.
Lavage des mains systématique et port du masque à l’exception des tous-petits de la maternelle.

Les parents se disent en confiance.

 

Aucun cas Covid-19 depuis le 16 mars dans les écoles réquisitionnées pour les enfants des soignants

Classe de CM2 à Cayenne
Classe de CM2 à Cayenne ©Jocelyne Helgoualch
Malgré le fait que leurs enfants ont été transférés dans un nouvel établissement en pleine crise Covid en Guyane, tout se passe bien depuis le 16 mars. Aucun cas de Coronavirus chez les enfants ni chez les enseignants.

Une femme gendarme avoue même que son fils est enchanté de sa nouvelle école et de ses nouveaux camarades de classe.

Mon fils, il adore cette école! Il ne veut même plus entendre parler de son ancienne école. Il est très bien ici.
J’ai pu constater que les gestes barrières étaient très respectés au sein de l’école depuis le début. Et au fur et à mesure des directives préfectorales, les mesures ont été adaptées.

Diane Zarkout est l’inspectrice adjointe en charge du 1er degré. C’est elle qui a organisé le déploiement de ces 230 élèves dans différentes écoles de Cayenne avec l’aide de la municipalité du chef-lieu de la Guyane pour le respect de l’hygiène. L'inspectrice précise

Sur Cayenne, il y a 5 écoles ouvertes. 3 sont ouvertes depuis le 16 mars et 2 autres depuis le 4 mai avec bien sûr, l’aval et l'attache de la municipalité de Cayenne.
Depuis la fermeture des écoles en Guyane, le rectorat a ouvert 5 écoles à Cayenne, une à Kourou et une autre à St Laurent du Maroni.


Dans une classe de CM2, les tables des élèves ont été séparées et tous les enfants portent le masque. Chaque élève poursuit le programme de sa classe initiale. Un travail individuel avec l’accompagnement d’un enseignant pour l’aide aux devoirs et les retours sur les bases de l‘apprentissage.
Ludovic Chanu enseigne à l’école Samuel Chambaud dans cette classe de CM2 depuis le début de l'ouverture de cette classe, le 16 mars dernier. Comme tous les autres enseignants de l’école, il s’est porté volontaire. Pour lui, sa présence est ici évidente.
 
L'enseignant de la classe de CM2
L'enseignant de la classe de CM2 ©Jocelyne Helgoualch
 

C’était normal pour nous de revenir faire classe aux enfants. Les élèves sont séparés les uns des autres de façon marquée et nous, quand on intervient, on se rapproche moins des élèves que d’habitude pour leur expliquer quelque chose ou pour leur parler. On reste à distance.


Tous les enfants se sont eux aussi très vite habitués à ces nouveaux protocoles.
Carla, Gabriel et Loane racontent leurs journées d’école particulières.
 
Un élève dans une des classes ouvertes en Guyane
Un élève dans une des classes ouvertes en Guyane ©Jocelyne Helgoualch
 

Dès le début, me laver les mains, je le savais déjà et dès que je suis arrivée, je savais aussi qu’il fallait mettre le masque.

Ma mère m’en avait déjà parlé de l’école, pour nous les enfants des soignants, mais je ne savais pas qu’il faillait apporter les devoirs.

Après la récréation, on joue un peu et puis on va manger le pique-nique que nos parents ont préparé.


230 enfants de soignants et militaires sont scolarisés dans 5 écoles à Cayenne. Une école est aussi mise en place à Kourou et à Saint-Laurent du Maroni. 








 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live