Covid-19 : avec cinq décès en deux mois, le service de réanimation du CHOG est en extrême tension

coronavirus guyane
Le centre hospitalier de l'ouest guyanais
Le centre hospitalier de l'ouest guyanais ©Vanessa Etienne

Cinq décès du coronavirus depuis la mi-mars au centre hospitalier de l’Ouest et actuellement, six lits sur les huit que compte le service de réanimation sont occupés, dont quatre par des patients en situation critique. Le personnel soignant travaille dans des conditions très difficiles.

Ces deux dernier mois, ont été particulièrement éprouvants pour les équipes du service réanimation du CHOG. La troisième vague a commencé à la mi-mars. Déjà fortement éprouvées depuis le début de la pandémie, cette nouvelle vague aurait pu être fatale pour les équipes.
Mais les équipes ont fait front et ont su rester soudées et organiser les soins des malades chaque jour, tout en gérant ce flux important de patients. 
Il faut savoir que l’une des particularités de cette troisième vague : c’est que la plupart des patients sont arrivés dans un état grave ce qui n'était pas le cas lors des deux précédentes vagues.

CHOG
©Vanessa Etienne


Une troisième vague qui touche tout le monde

Parmi les malades admis en réanimation au CHOG,  le patient le plus jeune a 20 ans et le plus vieux 87 ans. Il n’y a pas de profil type, mais la moyenne d’âge des personne touchées est maintenant de 35 / 45 ans.
Un afflux de patients jeunes et sans comorbidité contastent les équipes médicales. Ibrahim Lehida, médecin chef  du service de réanimation du CHOG en témoigne :

Nous avons des patients qui ont nécessité de la ventilation et de l'Optiflow c'est à dire de l'oxygénation à haut débit. Nous avons eu un accroissement d'activité car il y a eu beaucoup de patients graves sur cette vague. Nous avons eu une activité au maximum... Nous avons eu un problème de personnel paramédical en raison de l'épuisement de ces personnels. Nous avons eu du renfort heureusement...


Actuellement en réanimation, il ya 6 patients pour 8 places. Au plus fort du pic, 9 personnes ont dû être évacuées vers Cayenne. Des patients jeunes, qui, pour cette troisième vague restent bien plus longtemps hospitalisés.

Une troisième vague qui n’est pas terminée. Depuis la mi-mars, il y a eu 32 admissions en réanimation au CHOG et 5 personnes n'ont pas survécu au virus.