Economie : quand le Coronavirus met à genoux les salles de sport, fermées depuis le confinement

sport
Quand le Coronavirus met à terre les salles de sport
Des activités à l'arrêt ©DR
Dans cette crise sanitaire il y a des secteurs d’activités dont on ne parle guère et pourtant ces entreprises vivent une véritable galère. Les salles de sports, les complexes de loisirs sont fermés. Des entreprises qui tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme. 

Elles risquent de disparaître si elles ne reprennent pas leur activité d’ici le mois de septembre :


Derrière le rideau métallique, un décor figé : des chaises empilées les unes sur les autres et des boules de bowling rangées sur leur étagère. Une situation insupportable pour le responsable de la structure.

"Je suis un peu en colère parce que on ne nous aide pas, on ne prend pas conscience de notre mal-être... Moi j'aimerai qu'on me donne une solution pour pouvoir ouvrir le matin, quitte à ne pouvoir recevoir que dix personnes...qu'on ait une dérogation"  

Steeve Calumey, responsable bowling de Rémire-Montjoly

Quand le Coronavirus met à terre le secteur du sport et des loisirs
De la piste de bowling à la piste de danse, en boîte de nuit, tout est à l'arrêt ©DR

L’urgence aujourd’hui, c’est le redémarrage de l’activité pour ne pas sombrer :


Ouverte depuis un an, l’aventure entrepreneuriale pourrait se terminer pour Valérie, si rien n’est fait pour inverser la tendance.

"Il faut ouvrir, il faut absolument ouvrir, on ne peut plus attendre !
Il faut ouvrir rapidement, pour nous, la dead-line c'est septembre !
Après septembre on sera morts !..."

Valérie Régis Constant, gérante de la salle de sport 

Quand le Coronavirus met à terre les salles de sport
Même les activités physiques extérieures sont impactées ©DR


Pour se faire entendre les entreprises du secteur ont décidés de se regrouper :

 

"Nous sommes vraiment les oubliés...il y a bien entendu la restauration,...et notre cas personne (s'y interesse), même pas d'annonce sur les dates d'ouverture...donc nous avons décidé de nous regrouper afin de nous faire entendre !"

Valérie Régis Constant, gérante de salle de sport


L’enjeu c’est la survie d’une dizaine d’entreprises de ce secteur d’activité. Les investissements qu’elles ont dû réaliser, notamment en matériel pour équiper leurs installations, se chiffrent en plusieurs centaines de milliers d’euros. Des sommes qu’il faut rembourser aux banques et amortir... 

Le reportage de Guyane La 1ère :
Les salles de sports et autre complexes de loisirs sont fermés, certains depuis le début du confinement le 17 mars 2020. Ces entreprises tirent aujourd'hui la sonnette d'alarme, elles risquent de disparaître si elles ne reprennent pas leur activité d'ici le mois de septembre.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live