Fleurs artificielles, bougies et autres objets de sépulture, les indispensables de la Toussaint

religion guyane
Des allées de fleurs artificielles dans une enseigne de distribution
Des allées de fleurs artificielles dans une enseigne de distribution de Matoury ©CL
Ils font florès chez les commerçants, dans les magasins de grande distribution les objets indispensables pour fêter la Toussaint, les fleurs, les bougies et autres vases. La tradition est toujours respectée en Guyane mais les éléments de décoration ont évolué.

C'est la période de la Toussaint et partout dans les rues, sur les parvis des bazars, des fleurs artificielles sont exposées à bas prix.

Des pots de fleurs pour la Toussaint entre 3 et 5 euros
Cayenne : Des pots de fleurs pour la Toussaint entre 3 et 5 euros ©CL

Pas de chrysanthèmes, jaunes, blancs ou violets comme dans l'hexagone et pas non plus  beaucoup de fleurs du cru. Jugées chères et bien trop éphémères, elles sont, surtout remplacées par des fleurs en plastique. Alors que le soleil de plomb de la saison sèche produit ses effets, dans les cimetières de Guyane, les djobeurs s'affairent à nettoyer les tombes dont ils ont la charge. Ils débarrassent les sépultures des pots de fleurs artificielles de l'année précédantes. Des déchets évacués ensuite par camions entiers par les services chargés de la propreté.

De la fleur en crépon à la fleur en plastique

En Guyane, la population demeure attachée aux fêtes de la Toussaint. Un rite religieux accomplit dans le respect de la foi pour certains et pour d'autres une rencontre annuelle, un acte d'amour avec les proches disparus ainsi que l'exprime cette dame : si je ne viens pas je culpabilise, j'ai l'impression de les oublier. C'est plus le coeur qui parle plus que la tradition...
L'échange avec les défunts, dans tous les cas s'accomplit avec les fameuses fleurs artificielles en plastique. Le gangan Armand Hidair se souvient :

Elles sont arrivées dans les années soixante, importées par les commerçants chinois. Auparavant nous utilisions des fleurs en papier crépon. Nous les fabriquions à l'école et en famille. Elles étaient réalisées avec des bâtons de feuilles de coco ou de maripa, c'étaient des hibiscus, des roses, des fleurs du soleil. Nous les mettions dans des pots en fer peints et remplis de sable.


Les fleurs naturelles étaient quand même utilisées. Récupérées dans les jardins, il s'agissait, le plus souvent de folies de filles, de roses ou encore de buisson ardent. Les fleurs étaient choisies en fonction des sépultures enfants ou adultes. Généralement précise Armand Hidair, elles étaient disposées le jour de la Toussaint et ne restaient qu'une journée.

Rayonnages de fleurs de cimetière à l'occasion de la Toussaint
Des fleurs et encore des fleurs dans les rayonnages ©CL

Depuis plus de 50 ans, les fleurs importées et artificielles ont envahi les cimetières. Elles sont l'objet d'un commerce lucratif. Quinze jours avant le 1er novembre, elles s'achètent dans les épiceries, les bazars et aussi les grandes enseignes. Les allées sont remplies de rayonnages de fleurs comme de vases et autres sujets de décoration.

Les objets de décorations pour la Toussaint
Vases et sujets pour orner les tombes ©CL

Autre produit qui se vend en grande quantité à cette période de l'année, les bougies et là encore les promotions vont bon train dans certaines enseignes. 

Promotion de bougies votives dans une grande enseigne de Cayenne
Promotion de bougies votives dans une grande enseigne de Cayenne ©CL

Un client remplit un carton de ces bougies. Elles coûtent beaucoup moins chères que chez les commerçants chinois et il lui en faut pour son autel de prières et pour les tombes de ses proches. Une autre cliente profite aussi de l'occasion, les prix sont attractifs.
Ces bougies dans des pots en plastiques, le plus souvent rouges, s'achètent désormais par centaines. Elles remplacent les bougies blanches et longues qui ne résistent jamais au vent. Dans l'ancien temps, elles aussi étaient mises dans des pots en verre remplis de sable.