Guyane : le village Prospérité reçoit le prix Danielle Mitterrand pour sa lutte contre le projet CEOG

Le prix Danielle Mitterand sera remis aux habitants du village le 23 novembre à Paris.
Le village Kali'na Prospérité reçoit ce prix, décerné chaque année à des acteurs de la société civile à l'origine d'initiatives démocratiques et solidaires. Ses habitants se battent depuis 2019 contre l'installation du projet de Centrale électrique de l'Ouest guyanais (CEOG) à côté de leurs habitations.

Un coup de pouce pour communiquer sur leur lutte. Les habitants du village de Prospérité ont reçu le prix de la Fondation Danielle Mitterrand, dont la remise des prix aura lieu jeudi 23 novembre à Paris. Depuis 2013, cette fondation décerne un prix à des acteurs de la société civile à l'origine d'initiatives écologiques, démocratiques et solidaires qui contribuent "à une métamorphose radicale du monde".

Les habitants de Prospérité luttent depuis 2019 contre l'installation du projet de Centrale électrique de l'Ouest guyanais (CEOG), dont ils refusent l'installation aux abords de leurs terres. Malgré une protestation qui n'a pas faibli depuis trois ans, les travaux de déboisement et de terrassement ont repris le 16 août dernier.

Ce projet vise à approvisionner l'ouest de la Guyane en énergie grâce à l'énergie solaire et une unité de stockage à hydrogène. Pour ce faire, 78 hectares de forêt doivent être rasés pour son installation. Un "saccage" selon les villageois qui estiment que "leurs terres sont volées".

Mettre le sujet sur la table

Le Yopoto Roland Sjabere estime que ce prix est "un moyen de communiquer sur [leur] lutte" :

Il faut que tout le pays prenne conscience de ce qu'il se passe. Il faut consulter la population, notre village et les Guyanais. Beaucoup de personnes dans l'ouest ne savent pas ce qu'est la CEOG.

Yopoto Roland Sjabere du village de Prospérité

Les villageois luttent quotidiennement contre ce projet "dans un silence médiatique et politique abyssal", selon eux. Ils espèrent que ce prix leur permettra de raconter ce qu'il se passe à Prospérité depuis le 16 août, date à laquelle les travaux ont repris.