Humanity First: 130 repas distribués tous les jours dans les rues de Cayenne

coronavirus
Humanity First distribue 130 repas tous les jours dans les rues de Cayenne
Humanity First distribue 130 repas tous les jours dans les rues de Cayenne ©J Helgoualch

L'association Humanity First aide des sans abris et des familles dans le besoin. Distribution quotidienne de repas chauds. Les bénévoles croisent lors de leurs maraudes de plus en plus de personnes vivant dans une extrême pauvreté.

La voiture des 3 membres de Humanity First est chargée de barquettes de riz, de poulet et de bouteilles d’eau. L’association humanitaire organise tous les jours des maraudes dans le chef-lieu de la Guyane.  

1ère étape: un squat. Il abrite 22 hommes originaires de Syrie et de Libye. Des demandeurs d’asile.

Distribution de repas à des demandeurs d'asile à Cayenne
Distribution de repas à des demandeurs d'asile à Cayenne ©J Helgoualch

« On leur apporte tous les jours des repas. Ici, dans ce squat, il n’y a pas de quoi faire à manger » précise Muhammad Basharat, le responsable de l’association Humanity First.

Les bénéficiaires sont en majorité des SDF

Beaucoup de sans domicile fixe sont aussi toxicomanes. Il y a également de plus en plus de personnes âgées vivant dans une extrême précarité.

Maraude à Cayenne
Maraude à Cayenne ©J Helgoualch

Jeanne Boisguerin est bénévole de l’association. Elle voit des gens de tous âges et de toutes origines venir récupérer de quoi manger.

Il y a vraiment de toutes les origines, à la fois ethnique et à la fois sociale. Des refugiés, des retraités et des femmes avec des enfants.

Jeanne Boisguerin, bénévole à Humanity First

Des sans abris nombreux à Cayenne
Des sans abris nombreux à Cayenne ©J Helgoualch

Devant le parvis de la cathédrale de Cayenne, ils sont une quinzaine de SDF à attendre tous les jours l’arrivée des bénévoles de l’association. Ils sont tous pour la plupart toxicomanes. Moyenne d’âge : 50 ans. Sous l’emprise du crack, du cannabis et de l'alcool.

Sur un banc à coté de la cathédrale: Yolaine, 57 ans. Elle vit dans la rue depuis plus de 15 ans

Je dors en ce moment devant la grille d' un gentil commerçant chinois. il me laisse rester là. Souvent, j'ai peur de me faire agresser. La rue, c'est dur et encore plus pour les femmes !

Yolaine, SDF à Cayenne

Un homme de 80 ans vivant dans la rue à Cayenne
Un homme de 80 ans vivant dans la rue à Cayenne ©J Helgoualch

Yves a 80 ans. Lui aussi attend tous les jours la distribution des repas de l’association Humanity First. Il vit dans la rue.

Maraude à Cayenne
Maraude à Cayenne ©J Helgoualch

De plus en plus d'hommes, de femmes et de familles vivent dans la précarité en Guyane constate Muhammad Basharat, le responsable régional de Humanity First

La crise du Covid a accentué énormément les besoins de ces personnes. Ils étaient déjà dans une grande précarité. Avec cette crise sanitaire, on le voit, il n’y a pas que des SDF. Aujourd’hui, Il y a des gens qui ont un logement mais qui n’ont pas de quoi manger.

Muhammad Basharat, responsable de Humanity First

Maurice, 65 ans. Une retraite de 550 euros
Maurice, 65 ans. Une retraite de 550 euros ©J Helgoualch

Maurice a 65 ans. Il vit dans son fourgon. Sa retraite de 550 euros par mois ne lui permet pas de payer un loyer.

Si vous voyez les loyers ici à 800 euros un studio, même avec les aides, je ne peux pas le payer. C’est vraiment très difficile !

Maurice, retraité

Les membres de Humanity First distribuent tous les jours entre 130 à 150 repas dans les rues de Cayenne. 

Le reportage de Jocelyne Helgoualch et Frédéric Larzabal

"Humanity First" : des repas pour les plus démunis.