Iracoubo : la fronde des chefs coutumiers sur la décision de confiner les villages amérindiens sans les consulter

coronavirus guyane
La mairie d'Iracoubo
Mairie d'Iracoubo ©Jean-Gilles Assard
A Iracoubo une polémique divise la population. Elle est née de la décision de confinement des villages amérindiens de la commune. Décidée par le préfet sur demande de la maire Cornélie Sellali à la suite des 1er cas de Covid dans la commune. Pas consultés, les chefs coutumiers s'ingurgent.
Dans les écarts de la commune d’Iracoubo, depuis l’annonce du confinement de Bellevue, Dégrad Savane et Organabo, les chefs coutumiers sont remontés. Ernest Grand Emile, chef coutumier d’Organabo :

Ils ont décidé d'eux mêmes sans l'autorisation des chefs coutumiers c'est pour cela que la population est fâchée. Elle se demande ce qui se passe à Organabo. Il n'y a pas de malades et nous ne sortons pas. Pourquoi ils font cela?


Une interrogation qui raisonne également à Bellevue où Cécile Kouyouri, la cheffe coutumière déplore et condamne une décision unilatérale de la mairesse :

Nous ne sommes pas contre le confinement. Il est tout à fait normal qu'il y ait confinement mais c'est la façon dont cela s'est fait et cela nous a déplu!


Un manque de communication reconnu par la municipalité

La maire, Cornélie Sellali met en avant l’intérêt général après la découverte d’un habitant contaminé, en contact avec beaucoup de personnes dans la commune.

C'est une faute, c'est une erreur que j'assume entièrement mais moi ma priorité c'est de protéger la population d'Iracoubo. Qu'on soit amérindiens, noirs, créoles, hmongs qu'on protège la population d'Iracoubo. Moi, c'est la santé publique!


Elle va même jusqu’à envisager de se ranger à la volonté des chefs.

Que les chefs coutumiers m'adressent un courrier s'ils ne veulent pas que leurs villages soient confinés et je m'adresserai au préfet pour qu'il déconfine leurs villages. Et en tant que maire je serai à leur écoute...

 

Une commune dont la population se déchire 

Reste que cette affaire arrive dans une période électorale à rallonge. Les esprits s’échauffent au point de voir circuler sur les réseaux sociaux des vidéos d’une extrême violence verbale à l’encontre des amérindiens. Vanessa Bois Blanc conseillère municipale et membre du conseil coutumier du village de Bellevue s'insurge contre cela :

Mes compatriotes amérindiens sont vraiment touchés et nous, notamment au village de Bellevue, nous déplorons ces propos racistes envers nous-mêmes. Nous sommes vraiment tristes.


Des propos condamnés également par la mairesse. Iracoubo est aujourd’hui plus que jamais déchiré.

Aujourd'hui nous devons nous mettre ensemble, casser les barrières qui nous divisent, pour arriver ensemble à faire que se virus s'éloigne

Cécile Kouyouri, cheffe coutumière de Bellevue


En attendant dans le village de Bellevue les banderoles rappellent aux uns et aux autres les gestes barrières et que la priorité demeurent la lutte contre le virus.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live