La Justice en Guyane fait sa rentrée masquée

justice
L' entrée du palais de justice du Larivot en Guyane
L' entrée du palais de justice du Larivot en Guyane ©Anthony Hilaire
La Justice en Guyane prépare elle aussi son déconfinement. Les sites judiciaires de Guyane rouvrent tous ce lundi 11 mai avec des restrictions importantes. Seules les personnes convoquées pourront se rendre dans les tribunaux du territoire Guyanais.
 

La justice en Guyane prépare son déconfinement

L’ensemble des sites judiciaires de Guyane rouvrent ce lundi 11 mai avec des restrictions importantes.
 

Seules les personnes convoquées pourront se rendre sur les sites judiciaires

Salle d'audience du tribunal judiciaire de Cayenne
Salle d'audience du tribunal judiciaire de Cayenne ©Anthony Hilaire
La rentrée judiciaire en Guyane après ce confinement se fera le 11 mai mais avec d’importantes mesures de sécurité sanitaire.

Samuel Finielz, le Procureur de la République en Guyane précise les conditions de cette rentrée judiciaire sur le territoire :
La justice en Guyane fait sa rentrée en mode protégé
La justice en Guyane fait sa rentrée en mode protégé ©Martial Griite

 L’ensemble des sites judiciaires rouvrent mais avec des restrictions importantes.

Seules les personnes convoquées pourront accéder à l’intérieur des sites judiciaires.
Pour toutes les personnes qui ne sont pas convoquées, le point de rendez-vous, c’est le SAUJ (service d'accueil unique du justiciable) avenue du Général de Gaulle à Cayenne et pour Saint-Laurent du Maroni, c’est l’accueil de Saint Laurent.

Je demande à tous les justiciables convoqués de se munir d’un masque car on ne peut pas garantir qu’on pourra respecter toutes les mesures de distanciation sociale.
Il y a aussi des distributeurs de gel hydro-alcoolique à l’entrée de l’ensemble des sites judiciaires.

Le palais de justice de Guyane
Le palais de justice de Guyane ©Martial Gritte


Des audiences avec un public restreint

Sur le plan pénal, les audiences reprennent à partir de lundi mais le public sera limité. Seules les parties, les victimes et les prévenus pourront assister aux audiences.
 

La justice en Guyane va devoir faire un état des lieux

 
Masques et gestes barrières obligatoire au tribunal
Masques et gestes barrières obligatoire au tribunal ©Anthony Hilaire
 

Les affaires ont été pratiquement toutes suspendues depuis la crise et renvoyées sans aucune nouvelle date. Les tribunaux étaient fermés. On va donc devoir tout réorganiser, lancer de nouvelles convocations par tous moyens, prévenir les gens qu’ils peuvent se représenter de nouveau aux audiences, que leurs affaires seront examinées.
 


On fera des audiences avec des présences réduites au maximum.
Il faudra distinguer les affaires où les avocats sont obligatoires. On a mis en place un dispositif particulier avec des audiences dématérialisées, sans présence physique sauf pour les affaires familiales où la présence des parties et des personnes est recommandée.

Justice en Guyane
Justice en Guyane ©Martial Gritte


Une période transitoire jusqu'en Juin

Cette période va être consacrée à l’état des lieux pour reprendre le mieux possible en juin si tout va bien en ce qui concerne le développement de l’épidémie.


Les affaires urgentes ont été traitées durant la crise, et elles le seront toujours, précise le président du tribunal judiciaire.
 

Les cabinets d’avocats ouvrent le 11 mai : nous invitons nos clients à venir masqués.

Les avocats du barreau de la Guyane ont pris des dispositions sanitaires afin de protéger les justiciables. Au-delà de la reprise va se poser la question, précise le bâtonnier Patrick Lingibé, des procédures et des nouvelles audiences qui devront être programmées.

 
Patrick Lingibé, bâtonnier de l'ordre des avocats de la Guyane
Patrick Lingibé, bâtonnier de l'ordre des avocats de la Guyane ©Pierre Trefoux


Ce ne sera pas le rush mais une reprise progressive.

On a 2 objectifs : on veut avoir la garantie d’exercice des droits des justiciables et connaître les perspectives d’organisation des audiences à venir.

 

Des masques pour les détenus du centre pénitentiaire de Guyane

Le centre pénitentiaire de Guyane
©guyane 1ère

 

Le déconfinement concerne aussi les prisons


Le Conseil d’Etat a enjoint le ministre de la Justice à doter les détenus de masques, rappelle le bâtonnier de Guyane, Patrick Lingibé

Le ministère de la Justice doit équiper les détenus dès lundi 11 mai de masques lorsqu'ils seront aux parloirs avec leurs avocats, lorsqu'ils sont devant la commission de discipline et avec leurs conseillers de probation.


Le Covid existe nous devrons faire avec !

Le bâtonnier Lingibé insiste sur le fait que les procédures opérées durant cette période d'épidémie devront sauvegarder la liberté des avocats et des justiciables dans les conditions sanitaires requises.

La crise du coronavirus aura évidemment des conséquences importantes sur l’année 2020.
Dores et déjà, le parquet estime que les affaires civiles auront un retard d'au moins 2 à 3 mois.