La purge de la rentrée : une vieille tradition qui a conservé ses lettres de noblesses en Guyane

traditions guyane
La purge de la rentrée
Une bouteille avec un breuvage à base de liane amère pour les purges ©CL
Chaque année avant la reprise des cours, nombreux sont les enfants qui sont soumis à ce traitement à base de plantes afin d’éliminer certains parasites de l'organisme. Une pratique qui reste encore d’actualité aujourd’hui et cela dans quasiment toute la diversité de la société guyanaise.
 
Voila 13 ans qu’Adeline, vend des épices, des liqueurs et autres breuvages traditionnels au marché central de Cayenne mais chaque année avant la rentrée, les best-seller de son kiosque sont la casse, la liane amère et des romarins pour faire des tisanes.
Et la crise sanitaire du coronavirus n’a eu aucun impact sur cette partie de son activité :

Cette année beaucoup de parents sont venues acheter cela. Ils donnent les tisanes le vendredi ou le samedi avant la rentrée

 

A chaque famille son cocktail d'herbes

Des pratiques qui ne datent pas d’hier, et communes à presque toutes les communautés vivant en Guyane. Et à chaque famille son cocktail, selon le résultat recherché avec les conseils d’Adeline :

Avec les enfants qui se fatiguent beaucoup, ils prennent le romarin, c'est très bon. La liane amère c'est bon pour les enfants qui ont des vers. La casse, c'est pour les purges pour retrouver l'appétit...

Une liane amère
Une liane qui pousse facilement sur le grillage des clôtures ©CL

La tradition des purges après 2 mois de vacances. Marie-Laure l’a bien adopté pour ses 3 enfants devenus jeunes adultes aujourd’hui. Et même si le breuvage est différents des produits proposés par Adeline, l’objectif final ne change pas :

Je donne de la tisane rafraîchissante pendant 3 jours puis une tisane de bière et d'huile de ricin pour nettoyer...


En fonction des produits utilisés, une purge peut représenter un budget d’environ 5 euros par enfant. Une inflation dirait certain, insuffisante toutefois pour ébranler cette vielle tradition.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live