Le mois de la viande locale : encourager les Guyanais à consommer les produits de chez eux

élevage guyane
Le mois de la viande locale : encourager les Guyanais à consommer les produits de chez eux
Le mois de la viande locale : encourager les Guyanais à consommer les produits de chez eux ©INTERVIG
En novembre, l’INTERVEG souhaite promouvoir les produits animaux de Guyane avec "le mois de la viande locale". Du 5 au 27 novembre, des animations sont organisées partout afin d’inciter les consommateurs guyanais à manger local plus régulièrement

Un mois pour donner envie de consommer plus local. C’est l’idée lancée par l’Interprofession de l’Élevage et Viandes de Guyane (INTERVEG) à travers "Le mois de la viande". L’événement en est à sa 6ème édition cette année. Du 5 au 27 novembre,  plusieurs actions sont menées par les acteurs guyanais de l’agriculture afin de promouvoir les produits animaux de Guyane tels que les œufs, le miel et les viandes. Des animations ont lieu sur les marchés, des journées portes ouvertes sont organisées, des ateliers sont mis en place et des interventions se font dans les écoles dans un seul but : encourager les consommateurs à manger local.

Les Guyanais mangent-ils local ?

En Guyane, depuis 2005, la totalité des œufs vendus dans les commerces sont produits localement. En ce qui concerne la viande, la grande favorite est la bovine (bœuf et buffle). Les éleveurs guyanais fournissent ¼ de la viande bovine consommée sur le territoire en 2020. Quant au porc local, il représente 15% de la consommation de porc en Guyane. Le chiffre est de 12,6% pour la chèvre, 4,5% pour le mouton et l’agneau. Le poulet est bon dernier : seuls 3% des poulets que l’on trouve dans nos assiettes sont guyanais.

Être mieux informé pour mieux consommer

Patrick Labranche, président de l’association INTERVEG, raconte la naissance de ce concept : "A un moment, on s’est dit qu’il fallait un support sur la mise en avant de la production locale en Guyane. Donc on a pensé à un mois spécialement dédié à la viande". Le mois de novembre a été choisi car il précède le mois de décembre, où la consommation de viande est déjà assez élevée, par rapport aux fêtes. Les acteurs de cette filière sont donc particulièrement actifs. L’idée était aussi d’inciter les Guyanais à consommer des produits de meilleure qualité.

La solution a été de les informer, de leur faire découvrir tout ce qui est à leur disposition. Pendant le mois de la viande locale, ils goûtent, découvrent de nouvelles façons de consommer la viande.

Patrick Labranche, président de l’association INTERVEG

Un événement qui s'adresse aux consommateurs mais pas seulement. "On souhaite aussi inciter les jeunes à se diriger vers un cursus scolaire qui leur permettra de nous accompagner, de participer activement au développement de la filière", indique Patrick Labranche. Après 6 éditions de mois de la viande, le président de l'INTERVIG remarque une amélioration : "le travail réalisé depuis 6 ans porte ses fruits et montre que le consommateur guyanais aime la viande locale, l’achète et la consomme beaucoup et bien. Notre activité a augmenté de 10% depuis le lancement de l'événement", affirme-t-il.

Une édition particulière et innovante

Cette année, le mois de la viande locale a débuté avec un événement particulier : le e-salon de l’élevage. Les visiteurs pouvaient y participer sur place mais aussi sur internet, où la rencontre avec les éleveurs locaux a été retransmise en direct. "Ce e-salon avait pour objectif de faire connaître aux internautes le travail réalisé par les éleveurs de notre région. Il y a eu un écho médiatique international. Ça a permis de donner une autre vision de ce qu’il se passe en Guyane", se réjouit Patrick Labranche.

L'INTERVIG ne compte pas s'arrêter au mois de la viande pour promouvoir la production locale. Tout au long de l'année, des événements ont lieu pour encourager les consommateurs à manger plus local. "Depuis le début de l'année, nous n'avons pas cesser de faire de la mise en avant de la production locale". Au mois de décembre, par exemple, l'association participera à un projet de mini-ferme agricole en partenariat avec la ville de Cayenne.