Le monde économique mobilisé pour rompre la spirale du blocage

social
CCIG à Cayenne
©Gaël Ho A Sim
Alors que la Guyane se trouve au 3e jour de blocage du Grand Port Maritime, des entrepôts de la raffinerie Sara par la Caravane de la Liberté et que les pompes des stations service sont vides, le monde économique multiplie les réunions pour trouver des solutions à cette situation.

Asphyxiés, à bout de souffle, le monde économique s'unit pour faire face et sortir de la situation de pénuries en tous genres qui s'annoncent en Guyane si les blocages par les membre de la Caravane de la Liberté, du port du Dégrad des Cannes et de la Sara perdurent. 
Les chefs de file des différents secteurs (Chambre de commerce, chambre d’agriculture, les auto-écoles, la fédération du BTP, la Chambre des métiers et de l’artisanat, la MPI, moyenne et petites industries, le Medef, la Cpmese) se sont réunis en fin de matinée à la CCIG pour mettre sur pied une stratégie et harmoniser leur discours devant les membres du collectif de la Caravane de la Liberté qu'ils devaient rencontrer à la mi journée.
Finalement cette rencontre qui devait avoir lieu à la Collectivité territoriale ne s'est pas tenue.
A 13h30 un communiqué du tribunal administratif saisi en référé par la direction du Grand Port Maritime annonçait qu'il ordonnait "aux organisations et individus occupants l’entrée du site de libérer les lieux sans délai à compter de la notification de la décision de justice."
Vers 15h30, l'accès aux installations portuaires était libéré.

Les acteurs du monde économique réunit ce 20 octobre à la CCIG
Les acteurs du monde économique réunit ce 20 octobre à la CCIG ©Gaël Ho A Sim


Des socio professionnels qui alertent sur la gravité de la situation

Jan Du, président directeur général du Groupe U en Guyane a réagi à la situation de blocage ce matin. Son inquiétude est palpable, si la pénurie de marchandises n'est pas encore là elle se profile sans ambiguïté et la Guyane ne peut se permettre ce blocage :

Il n'y a pas de pénurie mais il y a beaucoup de ruptures à cause des retards de containers qui devaient arriver la semaine dernière et finalement qui se retrouvent bloqués. Cela concerne beaucoup de produits frais. Les pompes bloquées, les camions ne peuvent plus rouler ... Ce blocage est de trop. La situation est compliquée en Guyane, les conflits durent depuis un certain temps il faut y mettre fin absolument bloquer le port bloquer la Sara c'est vraiment le cœur économique. La Guyane ne peut pas s'en sortir si systématiquement si les entreprises sont prises pour cibles par des arrêtés de fermeture de la préfecture et par la Caravane de la Liberté. J'appelle les responsables à protéger les entreprises… On n'en peut plus!


La veille au soir, le patron de la FRBTP, Eric Ho Wen Zé, à l'issue d'une rencontre en présence du président de la CTG, Gabriel Serville faisait remonter l'inquiétude du monde économique :

Une telle situation ne pourra pas perdurer longtemps sans mettre en péril toute la filière économique. Dès lors qu'il n'y a plus d'approvisionnement en carburant pour les engins et camions y compris pour les agriculteurs c'est toute la filière économique qui s'arrête. Que peut-on faire avec 10l d'essence dans un camion. On ne pourra pas tenir plus d'une semaine, c'est une grande inquiétude!