Les collégiennes du haut Maroni ont pris leurs quartiers dans le nouvel internat de Maripa-Soula

éducation
Les internes du nouvel internat de Maripa-Soula
Les internes du nouvel internat de Maripa-Soula ©Jocelyne Helgoualch
Le collège Gran Man Difou de Maripa-Soula accueille 650 élèves cette année. L'établissement scolaire a une particularité: un collégien sur 6 est un interne, originaire des villages amérindiens du haut Maroni.
Quelles sont leurs conditions d'accueil ?
13 heures, c'est la fin des cours le vendredi pour les 650 élèves du collège Gran Man Difou de Maripasoula. Dans cet établissement scolaire, un collégien sur 6 est un interne. Ils sont 107 elèves à vivre cette année à l'internat en semaine mais aussi le week-end.
Sortie des internes du collège Gran Man Difou
Sortie des internes du collège Gran Man Difou ©Jocelyne Helgoualch
Des internes originaires des villages amérindiens du haut Maroni. A leur entrée en 6e, ces jeunes doivent quitter leurs familles pour poursuivre leurs études à Maripa-Soula.
 
Les internes du nouvel internat de Maripa-Soula
Les internes du nouvel internat de Maripa-Soula ©Jocelyne Helgoualch
C’est dans une nouvelle structure encore en partie en travaux que les internes sont accueillis.
Un des bâtiments est réservé aux filles. Celui ci doit à terme loger les garçons, mais dans l’attente de la fin des travaux, ce sont les jeunes filles qui occupent les lieux.
Tous les internes prennent leurs repas dans la nouvelle structure
Tous les internes prennent leurs repas dans la nouvelle structure ©Jocelyne Helgoualch
A la sortie des cours, une heure d’étude obligatoire encadrée par un Conseiller Principal d’Education et des professeurs 2 fois par semaine.
 
L'internat des filles du collège
L'internat des filles du collège ©Jocelyne Helgoualch
La principale du collège a mis en place un dispositif de soutien éducatif mais aussi social pour les internes de son établissement.
Catherine Makon, Principale du collège Gran Man Difou
Catherine Makon, Principale du collège Gran Man Difou ©Jocelyne Helgoualch

Catherine Makon, la principale explique :

L’internat est à la fois un lieu de travail mais également un lieu de vie. Etant donné que les élèves sont là 3 semaines d’affilée, nous avons mis en place un programme d’activité. On a des activités sportives mais aussi culturelles.
L’internat, c’est aussi l’apprentissage de la vie en collectivité, l’apprentissage du respect des règles, de l’autre et de la démocratie. On a mis en place un comité de vie à l’internat et ils vont apprendre aussi à gérer la structure. On sollicite aussi les élèves pour avoir leurs avis car ils ont des devoirs mais aussi des droits.

Catherine Makon, Principale du collège Gran Man Difou


Les internes du collège restent dans la structure durant 3 semaines avant de retourner dans leurs familles respectives.
3 longues semaines sans voir leurs parents pour des jeunes dont certains n’ont que 12 ans.
 
la salle d'étude des internes
la salle d'étude des internes ©Jocelyne Helgoualch
L'ancien bâtiment qui les accueillait auparavant était délabré et vétuste. En 2016, des collégiennes avaient refusé de retourner à l'internat, le disant hanté et avait été déscolarisées durant des mois.


Leurs conditions de vie et d'études se sont aujourd'hui nettement améliorées

Aujourd’hui, les internes disent être en confiance dans leur nouvel internat.
Adeline, interne et élève en 4ieme explique :

On joue, on fait des activités, ça se passe bien. Parfois, les parents nous manquent parce qu’on n’est pas habituées mais ça va.

Adeline, élève interne

 
Malbranche Labady, Conseillier Principal d'Education au collège
Malbranche Labady, Conseillier Principal d'Education au collège ©Jocelyne Helgoualch
Malbranche Labady est 1 des 2 Conseillers Principaux d’Education à suivre les internes du collège. L’équipe pédagogique s’est renforcée avec aussi des assistants d'éducation pour accompagner au mieux les jeunes dans leurs quotidiens à l’internat.
Malbranche Labady, Conseiller Principal d' Education à l'internat précise
 

Elles s’expriment beaucoup plus souvent et beaucoup mieux. On a mis en place des activités et l’encadrement le soir leur permet d’améliorer leurs résultats scolaires. Les parents peuvent monter dans les étages, dans les dortoirs, au réfectoire, on ne cache rien. Ils peuvent aussi appeler leurs parents quand ils le souhaitent et s’ils n’ont pas de téléphone, la vie scolaire leur propose d’appeler les parents. Forcément, la séparation avec les parents leur donne toujours un peu d’angoisse.

Malbranche Labady, CPE au collège

Un des dortoirs du nouvel internat
Un des dortoirs du nouvel internat ©Jocelyne Helgoualch
Les travaux se poursuivent toujours à l’internat. Il doit accueillir, quand le chantier sera terminé, les garçons internes du collège. Ils logent encore dans un ancien bâtiment.















 






 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live