Pas d’école pour 105 élèves du village de Trois Sauts, territoire des amérindiens Wayapi

éducation est guyanais
l'école abandonnée de Yawapa à Trois Sauts
l'école abandonnée de Yawapa à Trois Sauts ©J Helgoualch
L’école de Yawapa n’accueille plus aucun élève depuis 2 ans. A Zidoc, là aussi pas de classes. L’école est fermée depuis la rentrée. L’établissement était délabré et envahi par les chauves-souris. Durant les travaux, rien de mis en place pour accueillir 105 élèves de Trois Sauts.

"Ici on est quand même en France aussi ! Ce n’est pas normal que les enfants n’aillent pas à l’école" s’exclame Vincent Nathalie. Ce jeune père de famille de 2 enfants non scolarisés réside à Yawapa, l'un des villages de Trois Sauts.

Les berges du village de Yawapa
Les berges du village de Yawapa ©J Helgoualch
Plus d'école à Yawapa
Plus d'école à Yawapa ©J Helgoualch

 

L'école de Yawapa effondrée
L'école de Yawapa effondrée ©J Helgoualch

Trois Sauts est le village le plus reculé de Guyane. Le territoire des amérindiens Wayapi à l’extrême sud en bordure du fleuve Oyapock, frontière avec le Brésil. Une localité hors du temps. 2 jours de pirogue depuis St Georges del 'Oyapock pour y accéder en cette période de l'année. Loin de tout, loin de l’éducation.

Ecole de Trois Sauts en pays Wayapi ©Guyane la 1ère

Sur le site de l'ancienne école, les vieux cahiers et les anciens cours jonchent le sol

l'école de Yawapa
l'école de Yawapa ©J Helgoualch
Tous les cahiers sont à terre
Tous les cahiers sont à terre ©J Helgoualch

L’école de Yawapa s’est effondrée voilà 2 ans. Depuis, tout est resté sur place. Le site est abandonné. Les 22 élèves de Yawapa n'ont plus classe.

Vincent Nathalie, habitant de Yawapa à Trois Sauts
Vincent Nathalie, habitant de Yawapa à Trois Sauts ©J Helgoualch

Les parents d’élèves n’ont aucune information rappelle l'un d'entre eux, Vincent Nathalie.

Ça fait 2 ans maintenant que l’école est tombée. Les enfants ne vont plus à l’école, c’est difficile pour eux.

Vincent Nathalie , père de 2 enfants non scolarisés

L'école de Zidoc fermée pour travaux
L'école de Zidoc fermée pour travaux ©J Helgoualch

 

L’ecole est aussi fermée à Zidoc. C’est le village le plus peuplé de Trois Sauts. Aucun cours depuis la rentrée de Septembre. Chaises et bureaux sont stockés à l’extérieur des classes. Le temps des travaux s’éternisent. Mais pas d’autre choix : il y avait urgence : les écoles de Trois Sauts étaient toutes vétustes, dangereuses, envahies par les chauves-souris, vecteurs de maladie.

René Maïpouri chef de village
René Maïpouri chef de village ©M Gritte

Comme tous les parents d’élèves de 3 Sauts, le chef du village Pina, René Maïpouri ne comprend pas pourquoi les enfants n’ont pas d’autres lieux où aller en classe.

« C’est important l’école pour les enfants » clame le chef du village Pina, René Maïpouri.

Ce n’est pas pour nous, c’est pour les enfants, juste pour qu’ils puissent rentrer à l’école. C’est important !  

René Maïpouri, chef du village Pina

 

Au vu de l’urgence, la préfecture de Guyane accompagne la commune dans ce chantier. Shirine MESSAOUDI est la coordinatrice en charge des constructions scolaires. Les travaux sur des sites isolés comme à Trois Sauts représentent toujours des sommes colossales pour une municipalité.

Shiirine Messaouadi de la préfecture de Guyane
Shiirine Messaouadi de la préfecture de Guyane ©J Helgoualch

Les communes cherchent des financements pour des projets comme ici les écoles. Sur ces sites isolés, le coût du transport, du matériel, c’est une logistique démesurée par rapport au littoral, à Cayenne. On est obligé d’apporter notre soutien. Les frais sont totalement démesurés. 

Shirine MESSAOUDI, coordinatrice en charge des constructions scolaires, préfecture de Guyane 

 

La directrice de l'école de Trois Sauts
La directrice de l'école de Trois Sauts ©M Gritte

Allez on va réviser les tables de multiplication! Sophie Usson, la directrice de l’école s'adresse à ses 4 élèves rassemblés autour d’elle. Sur les marches de l’école désaffectée, une leçon s’improvise avec le petit groupe d’élèves.

Un rendez-vous où l’enseignante donne des devoirs à faire à la maison. Elle fait maintenant cours comme elle le peut au gré de ses rencontres avec les enfants au village. Des conditions d’enseignement loin d’être satisfaisantes pour les enfants comme pour les enseignants.

On est obligé de faire comme ça. On n’a aucune structure qui nous permet de recevoir les enfants. De notre propre  chef, on a essayé d’avoir quand même ce lien avec les élèves, d’aller vers eux, chez eux. Pouvoir avoir une espèce de continuité pédagogique en attendant qu’il y ait quelque chose d’officiel. Nous n’avons aucune communication concernant les travaux de l’école de Zidoc ou de Yawapa.

Sophie Usson, directrice de l’école de Trois Sauts

Combien de temps les 105 élèves de Zidoc et de Yawapa seront encore privés d’école ? Combien de temps dureront les travaux ? Aucune date ni aucune solution provisoire ne sont annoncées pour l'instant par la commune de Camopi.