Polémique Coviplasm, les professeurs de médecine du CHC font une mise au point et se veulent rassurants.

coronavirus guyane
Conférence de presse des professeurs de médecine du CHC
Les médecins ont tenu a dégonfler la polémique... ©S. Laporte
Après la polémique sur les essais thérapeutiques, Coviplasm, plusieurs professeurs de médecine de l’hôpital de Cayenne ont tenu à rassurer l’opinion et rappeler l’importance de la recherche pour la médecine en générale et contre le Coronavirus en particulier.
 
L’annonce de la conduite d’essais clinique en Guyane, dans le cadre de l’étude Coviplasm, débutée dans l’Hexagone avec 9 hôpitaux d’Ile-de-France, a provoqué une vive controverse ces derniers jours. Des professeurs de médecine, praticiens hospitaliers à Cayenne, ont souhaité recadrer les débats et rassurer.
 

« Scientifiquement parlant, médicalement parlant, comme beaucoup d’autres endroits dans le monde, il n’y a pas d’obstacles à cet essai-là ».

Pr Félix Djossou, président de la communauté médicale d’établissement (CHC), chef de service des maladies infectieuses  


L’essai controversé consiste à injecter à des patients souffrants atteints de Covid-19, le plasma de patients guéris, contenant des anticorps pour lutter contre le virus. Neuf hôpitaux d’Ile-de-France participent déjà à cette étude à laquelle s’ajouterait désormais l’hôpital de Cayenne.

Le premier contact avec la directrice de recherche, Karine Lacombe, a eu lieu le 25 juin avec le professeur Djossou, le jour-même donc de son audition à l’assemblée nationale.
 

« J’ai demandé au professeur Lacombe de nous renforcer…. Si elle le souhaite de réaliser cet essai ici en Guyane. Ça c’était donc la première étape, c’était donc un accord de principe par rapport à ça…mais qui ne dit pas que l’essai s’installera. Puisqu’ensuite on doit décider de la faisabilité avec le CIC, c’est-à-dire la structure de recherche qu’on a au sein de l’hôpital de Cayenne, qui doit prendre le relais... »

Pr Félix Djossou, président de la communauté médicale d’établissement (CHC), chef de service des maladies infectieuses


 
La pandémie liée au Sars-Cov 2 a suscité une activité de recherche intense à travers le monde, afin de mettre au point des traitements efficaces. Plusieurs dizaines d’études sont en cours sur le plasma.
 

 « Pour l’instant on n’a aucun résultat d’efficacité à ce jour. Il y a 48 études dont 22 essais contrôlés,  randomisés… c’est pas que en Guyane, c’est partout dans le monde»

Pr Mathieu Nacher, directeur du centre d’investigation clinique (CIC)



Ces médecins rappellent que les essais cliniques sont effectués avec toutes les précautions nécessaires, sur accord du patient.
 

 « Ça reste la décision du patient ce n’est pas la décision du médecin, il ne peut pas imposer les choses…et encore moins un politique. Je pense qu’il y a eu une incompréhension et peut-être que la façon dont ça a été dit à Paris… ? Et c’est vrai que souvent, le gens peuvent dire y’a qu’à, faut qu’on…on va aller en Guyane, et cetera … Mais c’est pas comme ça que ça se passe ».

Pr Mathieu Nacher, directeur du Centre d’Investigation Clinique (CIC)


 
La recherche est nécessaire pour lutter contre ce nouveau virus. Tous les jours, l’hôpital de Cayenne reçoit des propositions pour participer à de nouveaux programmes.
 
Après la polémique sur les essais thérapeutiques Coviplasm, plusieurs professeurs de médecine de l’hôpital de Cayenne ont tenu à rassurer l’opinion et rappeler l’importance de la recherche pour la médecine en générale et contre le Coronavirus en particulier.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live