Porter un masque lorsque l'on est sourd : une réelle difficulté

handicap guyane
Le port du masque une difficulté pour les personnes sourdes
Le port du masque une difficulté supplémentaire pour l'expression des sourds ©Céline Fleuzin
Porter un masque reste un défi pour les sourds, ils sont en grande difficulté car le port du masque les empêche de lire sur les lèvres. Ils improvisent où demandent de l'aide mais leur quotidien est aujourd'hui fragilisé car ils communiquent avec leurs mains et l'expression de leur visage.
Lire sur les lèvres dans les lieux publics lorsqu’on est sourd : mission presque impossible avec l’obligation du port du masque pendant cette crise sanitaire.
Au quotidien, certains doivent improviser pour communiquer :

Je demande s'il est possible d'enlever le masque, je recule de plus d'un mètre. Mais sinon je laisse tomber soit je demande à une personne que je connais bien de parler à ma place...

Maurenn Da Silva Souza

Maureen Da Silva Souza et Denilly Victoria Paiva Da Silva sourdes
Danelly Victoria Paiva Da Silva et Maureen Da Silva Souza, sourdes ©Céline Fleuzin

La mise à disposition de masques transparents allègerait leurs difficultés selon ces jeunes femmes. Danelly Victoria Paiva Da Silva :
 

Je demande du papier pour écrire et je note ce dont j’ai besoin pour me faire comprendre.

 

Le port du masque, une complication pour enseigner aux jeunes élèves sourds

Dans le milieu scolaire, les enseignants spécialisés en langue des signes traduisent et réalisent le cours lorsqu’ils ne sont pas accompagnés d’interfaces c’est-à-dire de traducteurs en langue des signes. Le port du masque obligatoire risque de tout compliquer à la rentrée prochaine.

Le problème se pose au niveau de l'expression du visage pour les enfants sourds. Pour comprendre un message, ils ont besoin de recevoir l'expression et la réponse qu'ils vont émettre je ne vais pas pouvoir voir leur visage également...

Corine Chalie, enseignante spécialisée en Section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA)



Pendant la période de crise, Maurenn a un message à faire passer :
 

« Inutile d’utiliser le coude ou le pied pour se dire « bonjour », on peut tout simplement le remplacer par le signe « bonjour ». En faisant cela, les gestes barrières sont respectés et vous les entendants, vous apprenez au moins un signe »


Le reportage de Céline Fleuzin
Les Outre-mer en continu
Accéder au live