Première apparition du virus Oropouche au centre de la Guyane à Saül

santé guyane
SAUL
SAUL vue du ciel ©MM PONET/GUYANE La 1ère
Les symptômes font penser au virus de la dengue mais non il s'agit du virus Oropouche et plusieurs personnes en auraient été victimes dans la commune de Saül. C'est la première émergence de ce virus constatée en Guyane. L'Agence régionale de santé mène des investigations sur place ce 30 septembre.
En Guyane on connaît bien la dengue, le paludisme et beaucoup d'autres maladies tropicales mais beaucoup moins le virus Oropouche qui se signale de façon prégnante au centre de la Guyane, dans la paisible commune de Saül.


37 cas évocateurs détectés à Saül

Depuis le mois d'août 37 personnes ont développé les symptômes du virus Oropouche indique dans son communiqué l'Agence régionale de Santé. Cela a été confirmé sur 7 des 9 patients testés. C'est la première fois que ce virus se signale en Guyane. Il est transmis par des moucherons et des moustiques et provoque, comme pour la dengue, des maux de tête, de la fièvre, des vomissements, des courbatures et autres douleurs articulaires. Toutefois, ce virus n'a encore jamais entraîné de décès chez l'homme.


Des gestes de prévention simples

Il n'y a pas de preuve que le virus se transmette par l'homme mais bien par les moucherons et moustiques, donc pour s'en prémunir il faut :
  • Eliminer les gites larvaires dans les eaux stagnantes 
  • Se protéger en ultilisant les répulsifs à moustiques, en portant des vêtements longs et en utilisant des moustiquaires
Actuellement, une équipe de l'Agence régionale est à Saül. Elle est accompagnée d'agents de l'Institut Pasteur. Ces personnes mènent des investigations épidémiologiques et entomologiques sur les causes de cette soudaine flambée d'un virus jusqu'à l'heure inconnu en Guyane.


 
Le virus Oropouche
Selon l'OMS : des flambées de fièvre Oropouche ont été constatées dans des communautés rurales et urbaines du Brésil, de l’Équateur, de Panama, du Pérou et de Trinité-et-Tobago où le virus a été détecté pour la première fois en 1955.
Au Brésil, les scientifiques prennent très au sérieux la propagation de ce virus et ont alerté sur le grave problème de santé qu'il pourrait pour le géant de l'Amérique du Sud.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live