Quel avenir pour les salariés d'Auplata ? La mine de St Elie doit fermer sur décision judiciaire

économie
Mine Dieu merci
Mine Dieu merci ©J Helgoualch
La mine d’or d'Auplata à Saint Elie doit fermer. Une décision du tribunal administratif de Cayenne. Le groupe emploie 90 personnes en Guyane. Témoignages des salariés du site Dieu Merci. Entre incompréhension et colère.

L’usine du groupe Auplata de Saint-Elie sur le site Dieu Merci doit cesser ses activités. 90 personnes travaillent pour la société AMG (Auplata Mining Group) en Guyane. L’usine a été fermée du jour au lendemain par décision judiciaire. Les salariés avouent être sous le choc.

Survol de la mine Auplata Dieu merci

Nous arrivons par hélicoptère sur le site de Dieu Merci. Moins de 30 minutes de vol depuis l’île de Cayenne. Par la route puis en pirogue, sur le lac du barrage hydroélectrique de Petit Saut, c’est trois heures de voyage.

Les employés d'Auplata Mining Group
Les employés d'Auplata Mining Group ©J Helgoualch

Une trentaine d’employés attendent l’arrivée de Guillaume Leclerc,le directeur régional d’Auplata. Tous encore sous le choc de cette décision du tribunal qui leur ordonne de cesser leurs activités.

La mine Dieu Merci d'Auplata à Saint-Elie

Ils disent ne pas comprendre cette décision judiciaire.

Thierry Roger, responsable de la base vie
Thierry Roger, responsable de la base vie ©M Gritte

Thierry Roger ne cache pas sa colère. C’est le plus ancien salarié sur le site de Dieu Merci. Seize ans qu’il travaille dans les mines de Guyane.

"On nous annonce que du jour au lendemain on va quitter la mine. On va arrêter l’usine. Cela me fait vraiment mal au cœur. Ils ont pensé à nous les personnes qui ont décidé de fermer la mine ? On a des enfants, on a des projets. On fait quoi maintenant ?"

Thierry Roger, responsable de la base vie


Henoch Dameus a 42 ans. Il est dans le groupe depuis 4 ans, depuis la construction donc de l’usine sur le site de Dieu Merci.

Henoch Dameus, chef d'équipe à Dieu merci
Henoch Dameus, chef d'équipe à Dieu Merci ©J Helgoualch

Son parcours : un BEP électronique puis un bac pro climatisation. Quand l’opportunité de travailler pour un grand groupe minier en Guyane s’est présenté, Henoch n’a pas hésité. Il est aujourd’hui le chef d’équipe de l’usine.

Le tribunal a jugé que le groupe minier n’avait pas respecté le délai de 3 ans pour faire fonctionner l’usine. Henoch Dameus estime que les reproches formulés par le juge ne sont pas fondés.

"Pour nous, c’est un choc et on ne comprend pas ! On nous attaque sur le fait qu’on n’aurait pas respecté les délais de mise en service. Pour nous, c’est incompréhensible ! On est dans les temps !"

Henoch Dameus, chef d'équipe à Dieu Merci

 

Usine Auplata à St Elie
L' usine Auplata à Saint-Elie ©J Helgoualch

 

Usine AMG à St Elie
Usine AMG à St Elie ©J Helgoualch

Amandine Bruno est une jeune femme de 26 ans. Elle sort de l’université de Guyane avec une Licence en biologie, biochimie et biotechnologie. Elle travaille pour Auplata depuis 2 ans. "C’est une opportunité pour ma carrière" répète Amandine Bruno.

Amandine Bruno,
©J Helgoualch

La jeune femme ne comprend pas pourquoi la mine doit cesser ses activités. Elle évoque les conséquences pour les jeunes formés en Guyane dans les métiers de la mine.

"Aujourd’hui, il y a des formations mises en place à l’Université de Guyane pour les métiers de la mine. Il y a des jeunes qui ont l'espoir de trouver un poste dans ce milieu-là. Tous ces espoirs sont anéantis ! 

Amandine Bruno, technicienne chimiste

 

Le directeur et les salariés d'AMG
Le directeur et les salariés d'AMG ©J Helgoualch
Guillaume Leclerc, directeur en Guyane d'AMG
Guillaume Leclerc, directeur en Guyane d'AMG ©M Gritte

Le groupe AMG étudie aujourd’hui toutes les possibilités juridiques et administratives qui lui permettraient de reprendre une activité. Le groupe a fait appel de la décision du tribunal administratif de Guyane du 30 septembre dernier.

L’arrêt de l’usine de Dieu Merci à St Elie se fera d’ici quelques semaines malgré les recours explique Guillaume Leclerc, le directeur en Guyane de Auplata Mining Group

"La question c’est qu’est-ce qu’on fait de cet outil industriel en Guyane ? On a plus de 8000 heures de formation auprès des équipes guyanaise pour en arriver là. Pour arriver à la maitrise de cet usine"

Guillaume Leclerc, directeur en Guyane AMG


Le site devrait être mis à l’arrêt d’ici un mois ou deux étant donné les spécificités techniques pour arrêter toute l’usine.