Quelle proportion de la population guyanaise est aujourd'hui immunisée contre la Covid-19 ? L'Institut Pasteur mène l'enquête

coronavirus
Quelle proportion de la population guyanaise est actuellement immunisée contre la covid-19 ? L'Institut Pasteur mène l'enquête
Un membre de l'Unité d’Épidémiologie questionne un habitant de Montsinéry pour collecter des données épidémiologiques robustes, fiables et interprétables. ©Institut Pasteur de la Guyane
L’Institut Pasteur de la Guyane lance une enquête sérologique jusqu'au 30 septembre. Menée dans 650 ménages, elle permettra d'évaluer le taux de personnes ayant développé des anticorps contre la Covid-19 (par une infection naturelle ou par la vaccination) et qui pourraient donc être immunisées.

Dresser le profil du virus SARS-CoV-2. Établir son mode de propagation. Rechercher les causes, les motifs de son développement.

Tels de véritables criminologues, les enquêteurs de l’unité d’épidémiologie de l’Institut Pasteur de Cayenne débutent une nouvelle enquête sérologique pour connaître la proportion des individus, au sein de la population de la Guyane, qui ont développé des anticorps contre la Covid-19 et qui pourraient être immunisés, soit en ayant contracté le virus, soit par la vaccination.

«  Cette étude nous permettra de mieux anticiper les risques de contamination, de transmission, sans la spécificité des variants, et donc de prévenir les futures vagues épidémiologiques »

Claude FLAMAND, Responsable de l'Unité d'épidémiologie à l'Institut Pasteur de la Guyane


Depuis le 23 août, 10 équipes de 2 personnes sillonnent les 22 communes du territoire, de Taluen, Antécum-Pata jusqu’à Trois Sauts, Camopi, Cayenne, Saint-Laurent, Kourou ou encore Saint-Laurent.

Une enquête auprès de 650 foyers tirés au sort


Un territoire qu’ils arpenteront jusqu'au 23 septembre afin d'effectuer leurs investigations auprès de la population. 650 foyers tirés au sort dans toute la Guyane soit 1500 à 2000 personnes interrogées. 

Quelle proportion de la population guyanaise est actuellement immunisée contre la covid-19 ? L'Institut Pasteur mène l'enquête
Claude FLAMAND, responsable Unité d'épidémiologie de l'Institut Pasteur de la Guyane, développe des travaux de recherche visant à mieux comprendre la façon dont les maladies infectieuses se propagent dans la population guyanaise. ©Institut Pasteur de la Guyane

 

Un modèle d'échantillonnage qui leur permettra de disposer d'une photographie de la population guyanaise la plus fidèle possible, à cet instant.

« Nous avons déjà mené ce  type d’enquête en 2017, afin de mieux comprendre les modalités de la transmission des maladies infectieuses en Guyane, telles des maladies du type arboviroses (Dengue, Chikungunya, Zika, Mayaro, Fièvre jaune, …), Fièvre Q, Hantavirus. Les objectifs : évaluer l'impact des interventions mises en place par les autorités afin d’aider à l'élaboration des politiques de santé. »

Claude FLAMAND, Responsable de l'Unité d'épidémiologie à l'Institut Pasteur de la Guyane


Le duo d’enquêteurs, identifiables grace à une carte professionnelle estampillée Institut Pasteur de la Guyane, se répartira la tâche.

Un questionnaire et une prise de sang


Le chercheur mènera l’interrogatoire à l'aide d'un questionnaire simple : Avez-vous attrapé la Covid-19 ? Dans quel milieu ? Quand ? Quels étaient les symptômes ? Avez-vous été vacciné ?

«  C’est la première fois que nous mettons en place ce mode de collecte des données, avec un nombre aussi important d'individus interrogés. Il sera plus fiable car nous seront au plus proche des personnes. »

Claude FLAMAND, Responsable de l'Unité d'épidémiologie à l'Institut Pasteur de la Guyane

 

Ensuite, l’infirmier ou le médecin procède au prélèvement d’un peu de sang afin d’effectuer un test sérologique gratuit à son retour dans le laboratoire de l’Institut Pasteur à Cayenne.

 

Quelle proportion de la population guyanaise est actuellement immunisée contre la covid-19 ? L'Institut Pasteur mène l'enquête
©Institut Pasteur de la Guyane

 

«  Pas question de pratiquer un soin ou une vaccination. Il s’agit d’une unique prise de sang pour étudier, analyser les anticorps. »

Claude FLAMAND, Responsable de l'Unité d'épidémiologie à l'Institut Pasteur de la Guyane


Grâce à deux premières études menées auprès de 1 500 personnes dans les laboratoires et centres de santé de Guyane, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont déjà démontré l’an passé, au moment du pic épidémique de la première vague, que 15% de la population vivant en Guyane avait été infectée par le virus. En octobre 2020, cette proportion était de 23 %.