Sabalana, l’artiste saint-laurentais sort son premier single « Wonesa »

musique guyane
Sabalana présente son premier single "Wonesa"
Sabalana chanteur du groupe Senuka présente son premier single "Wonesa" ©Sabala
Il fait toujours partie du trio Senuka mais s’offre un premier titre en solo « Wonesa », une chanson qui parle d’amour en ka’lina et portugais. Christophe Da Silva alias Sabalana veut imprimer sa marque d’artiste ouvert au monde.

Après 12 années d’existence au sein du groupe Senuka, Sabalana a le désir de  mieux se faire connaître pour ainsi pénétrer son univers musical très orienté sur la musique des Caraïbes. Wonesa, ce premier single, est déjà diffusé en exclusivité sur Guyane la 1ère. Il sort aujourd’hui sur toutes les plateformes musicales et le clip sera disponible le 18 mars. Cette chanson interprétée en ka’lina et en portugais est une ode à l’amour. Un sujet toujours très inspirant, décliné sur un rythme afrobeat : « J’aime bien ce rythme très apprécié actuellement. J’ai composé avec Skandalyze, compositeur très connu. Pour les paroles en ka’lina, n’étant pas locuteur naturel, je me suis adressé à Franck Apollinaire. Wonesa veux dire je rêve, j’évoque le désir d’un avenir avec une femme, d’avoir une belle vie avec elle… ».

Retrouvez le clip ici »

 

Passionné de musique depuis l'enfance

Christophe Da Silva a 44 ans, père de famille de 4 enfants, professeur des écoles est passionné de musique depuis son enfance. Arrivé en Guyane à 12 ans et installé à Saint-Laurent, il a commencé à chanter à la chorale du Club de la Joie. Parallèlement, il s’ouvre à la musique traditionnelle ka’lina avec le groupe Pagalawali. Il s’initie au sampula comme au kasséko.

« J’ai des goûts éclectiques qui vont de la musique traditionnelle à la dance, ragga des années 90, les rythmes actuels comme le trap. J’aime un peu tout et en fonction du message à faire passer, je ne me cloisonne pas. J’aime beaucoup le côté acoustique voix, guitare et m’exprimer aussi dans cet univers. »

Un dynamisme musical particulier dans l'ouest guyanais

Sur l’évolution de la musique en Guyane l’artiste trouve intéressant le foisonnement artistique qui existe plus particulièrement dans l’ouest guyanais avec la proximité du Surinam :

« Depuis des années, je vois que dans les chansons, les jeunes artistes ont besoin de mélanger les langues tant locales bushinengué, amérindiennes ou créoles avec l’apport des langues étrangères particulièrement l’anglais et l’espagnol. Tout cela dans des styles très actuels comme le trap, le drill mais on reste avec une grosse spécificité en Guyane, le ragga dance hall. On a un style très à nous, cela en devient presque identitaire au niveau de la jeunesse. »  

Pour l’artiste saint-laurentais, les différences musicales se font même sentir entre Saint-Laurent et Cayenne. Selon lui les chanteurs posent leur voix différemment et l’influence du Suriname et de la Caraïbe s’entend très bien. Sabalana ne va pas s’arrêter à un single, il travaille à l’écriture d’un album complet où il sera aussi question de sujets de société.

Un envol en solo qui n’altère pas son activité au sein du groupe  Senuka bien présent à ses côtés.

L'artiste Sabalana
L'artiste Sabalana ©Jean-Pierre Servier