Trop peu de personnel de renfort pour permettre au Centre hospitalier de Saint-Laurent-du-Maroni de doubler sa capacité d'accueil Covid

coronavirus guyane
Le nouvel hôpital de Saint-Laurent
Le Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais ©Eric Léon
Le centre hospitalier de l’ouest Guyanais est d’ores et déjà saturé. Les services de réanimation et le service Covid sont pleins. Des renforts en matériel sont attendus, dès le début de la semaine prochaine la capacité d’accueil sera doublée, mais il faudra que du personnel arrive en renfort.
 
Dans le service Covid du Centre hospitalier de l'ouest, hors réanimation, il y a 12 lits réservés aux patients Covid. 11 sont aujourd’hui occupés. L’unité Covid compte également 4 lits fonctionnels dans le service réanimation covid et ces 4 lits sont occupés depuis 3 jours. Ce qui explique les évacuations sanitaires.


Des renforts qui pourraient arriver dans quelques jours

Normalement, lundi ou mardi de la semaine prochaine, la capacité d’accueil sera doublée passant alors à 8 lits, mais pour cela il faudra là encore des ressources en personnel.
Car les lits et les respirateurs sont déjà là, mais il manque les médecins et les infirmiers. Dans le service covid sans réanimation il y a 12 lits mais 11 sont occupés actuellement, il ne reste qu’une place.
Le service de chirurgie, qui compte 20 lits, va basculer dans le service Covid réanimation, ce qui va augmenter la capacité d'accueil.

Docteur Crépin Kezza du CHOG sur les lits de réanimation


 

Des effectifs saturés

Ils sont 150 personnels soignants au total au CHOG dont 14 médecins et 33 infirmiers actuellement. La réserve sanitaire a renforcé les équipes avec seulement : 1 médecin, 11 infirmiers, et 2 aide-soignants.
Une aide insuffisante au vu de la situation actuelle, pour un bon fonctionnement des différents services pendant la crise sanitaire.
Le CHOG a demandé 300 personnels soignants à L’ARS, pour les 3 services qui s’occupent des patients Covid : le secteur des urgences covid, le secteur de la médecine covid et le service réanimation covid.
Ces trois zones ont été aménagées, avec un circuit particulier pour éviter toute contamination de quelqu’un qui viendrait pour une entorse. Le tri se fait aux urgences pour ne pas contaminer le reste de la population.
Le service des urgences, qui connait un surplus d’activité depuis un mois, a été divisé en deux : covid et non covid.
Et cette procédure a également été mise en place pour l'accueil des femmes enceintes. 
Crépin Kezza, chef du service des urgences du CHOG, et directeur de la cellule de crise Covid.

Docteur Crépin Kezza du CHOG



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live