Un centre de formation de sapeurs-pompiers d'ici 2 ans en Guyane

formation guyane
Remise de médailles à des pompiers volontaires de Cacao
Cérémonie de remise de médailles à des pompiers volontaires de Cacao ©SDIS

Ce 4 mai est la journée internationale des sapeurs-pompiers. Un métier difficile et essentiel dans le fonctionnement de la société. En Guyane, la demande en sapeurs-pompiers professionnels est importante. Un centre de formation devrait sortir de terre d'ici 2 ans et répondre à ce besoin.

En France, on compte 80% de pompiers volontaires et 20% de professionnels, un système qui fait ses preuves. Pour autant, les volontaires ont des carrières de plus en plus chargées et les pompiers de métier sont recherchés. Un concours sur 3 ans a été mis en place en Guyane où les besoins se multiplient dans les communes, afin de recruter 75 pompiers professionnels d’ici l’année prochaine. 
Il existe un réel engouement pour cette profession sur tout le territoire et les candidats se manifestent très tôt.

Des actions de formation pour les plus jeunes

Le lieutenant colonel Jean-Albert Lama, chef d’Etat Major du SDIS, explique que de nombreuses actions sont menées auprès des plus jeunes motivés par ce métier. Des sections de formation sont ainsi créées dans les communes grâce à un partenariat entre le SDIS, l’union départementale des sapeurs-pompiers et les mairies. 
Il en existe un peu partout en Guyane. C'est le cas à Mana, Iracoubo, Sinnamary également à Matoury, Rémire-Montjoly ou Cayenne. Ces jeunes volontaires qui ont entre 12 et 17 ans sont notamment sollicités pour les défilés comme celui du 14 juillet ou d'autres manifestations officielles. A la fin de cette scolarité, ils ont un brevet qui leur permet d'accéder au concours professionnel et de bénéficier de quelques points d'avance sur les autres candidats.

Un projet de centre de formation international dans 2 ans à Matoury

Une école de formation de pompiers devrait voir le jour en Guyane dans la commune de Matoury fin 2022. Il s'agira d'un centre de formation international. Le projet est à l'étude depuis plus de 3 ans.
Une convention a été passée avec le Brésil et le Suriname pour que leurs élèves sapeurs pompiers puissent également avoir accès à ce centre précise le Lieutenant-Colonel Lama :

Lieutenant-Colonel Jean-Albert Lama

Cet établissement de premier plan pour la Guyane sera un vrai plateau technique. Autant pour la formation initiale des pompiers professionnels que pour des pompiers volontaires ou encore les remises à niveau. 
Outre les stagiaires de l'Amapa ou du Suriname, le centre de formation où un internat est prévu, pourra accueillir les élèves pompiers de la Martinique et de la Guadeloupe. Dans sa forme optimale, il pourra accueillir près de 1500 personnes.
Le coût global de l'opération est de 16M€, financée sur fonds propres de la Collectivité territoriale avec le concours de l'Europe.

Actuellement la Guyane compte 291 sapeurs-pompiers professionnels et environ 900 sapeurs-pompiers volontaires, 27% de ces agents sont des femmes.