Une centaine de réfugiés cubains et syriens installés sur des places publiques à Cayenne

immigration guyane
Les réfugiés installés sur le site de la pointe Buzaré
Les réfugiés installés sur le site de la pointe Buzaré à Cayenne ©Guyane la 1ère
A la place des Amandiers, à la pointe Buzaré et à l’avenue d’Estrée à Cayenne, depuis plusieurs mois, des demandeurs d’asile d’origine cubaine, syrienne entre autres nationalités, s’installent dans ces quartiers du chef -lieu dans l'attente d'être régularisés. 
Depuis plusieurs semaines des migrants se sont installés dans plusieurs lieux publics de Cayenne. Ils sont aujourd’hui une centaine. Des demandeurs d’asile qui sont venus en Guyane pour trouver, entre autres souhaits, du travail. Faute de places dans les centres d’hébergement d’urgence, des associations tentent d’améliorer leurs conditions de vie.


Une immigration sauvage qui dérange

A la place des Amandiers, à la pointe Buzaré et à l’avenue d’Estrée à Cayenne, depuis plusieurs mois, des demandeurs d’asile cubains, syriens entre autres nationalités, s’installent dans ces quartiers du chef -lieu.
Une immigration qui fait réagir une partie de la population sur les réseaux sociaux à coups de messages racistes et haineux, demandant des actions rapides et brutales des autorités.
 

« Tout le monde ici, je pense, est venu chercher de meilleures conditions de vie et mais aussi du travail. J’aime travailler, si je ne travaille pas, je meurs. Nous aimerions être comme tout le monde et avoir un emploi. C’est pour ça que nous avons quitté le Suriname ». 

Lorenzo

Des camps sommaires de réfugiés à Cayenne
Une vie en pleine ville à l'air libre ©Guyane la 1ère


Une instruction approfondie des dossiers qui prend des mois

Lorsqu’un étranger qui a fui son pays d’origine, demande à un autre État, de le protéger car sa vie, sa sécurité ou sa liberté sont menacées en cas de retour dans son pays, l’état doit répondre à cette demande à condition que ces persécutions soient prouvées.
La Guyane, territoire français, est signataire des accords de Genève du 28 juillet 1951, relative au statut des réfugiés.

« Un travail d’enquête est réalisé par rapport aux déclarations de ces demandeurs d’asile. Pour pouvoir statuer, l’Ofpra étudie les déclarations, l’histoire de ces personnes, leurs périples, les menaces éventuelles qu’elles ont connues dans leur pays d’origine. Cette enquête dure un certain temps, il y a une instruction du dossier. Ensuite une réunion a lieu pour statuer au cas par cas sur ces dossiers, afin de vérifier si oui ou non, ces personnes peuvent prétendre au statut de demandeurs d’asile. » 

Daniel Fermon, directeur général de la sécurité de réglementation et des contrôles à la préfecture de Guyane


Des associations mobilisées pour fournir de la nourriture et les produits de première nécessité

Il faut à peu près deux mois à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) pour statuer sur une demande d’asile. En attendant, ces réfugiés ont droit a eu un hébergement d’urgence. Seulement les centres de l’île de Cayenne sont saturés. N’ayant pas le droit de travailler pendant les six premiers mois de leurs arrivés, des associations comme le collectif Unissons Nous font en sorte qu’ils aient un repas une fois par jour.
 

« Ayant pour vocation l’aide humanitaire, on était obligé d’agir auprès de ces personnes en leur apportant les produits de première nécessité, de quoi manger, de quoi boire. » -

Oliver Sainmbertile, 1er vice-président de l’association Guyane Unissons nous

Des réfugiées cubaines à Cayenne
Des conditions de vie dans le dénuement le plus total ©Guyane la 1ère
Seulement 30% des demandes d’asile obtiennent une réponse positive de l’Etat.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live