Le procès de l’affaire des deux militaires tués à Dorlin en 2012 a été renvoyé au 14 octobre

justice
Le palais de justice de Fort de France
Le palais de justice de Fort de France ©Laurent Marot
En Martinique, le procès de l’affaire des deux militaires tués à Dorlin en 2012 a été renvoyé à vendredi. Deux des quatre accusés brésiliens n’étaient pas cités à comparaître pour le procès devant la cour d’assises. Et un autre, bien que détenu, n’était pas présent hier au début de l’audience.
Cela ressemble fort à un fiasco…judiciaire… Hier matin, le banc des accusés était vide devant la cour d’assises de Fort de France. Car l’un des deux accusés détenu en Guadeloupe n’était pas encore arrivé en Martinique. Du coup, l’audience a été reportée dans l’après midi, le temps de faire venir l’absent et là, nouveau problème de casting : les deux autres accusés incarcérés au Brésil n’ont tout  simplement pas été convoqués à l’audience dont Manoelzinho, le chef présumé de la bande. Le président et ses assesseurs ont donc décidé de reporter le procès à vendredi. Il s’agit de respecter  les délais de citation et de garantir les droits de la défense même si ces deux accusés détenus au Brésil devaient être jugés en leur absence, car ce pays n’extrade pas ses ressortissants. L’audience durera trois jours au lieu de sept prévus au départ. Un camouflet pour les familles des deux victimes et l’ensemble des parties civiles.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live