Les résultats officiels des élections au Suriname attendus ce mardi alors que le pays rétablit le couvre-feu et annonce l'application du code rouge Covid-19

élections
Paramaribo Palais du Gouvernement
©Jean-Pierre Karam
C'est un jour particulier dont les Surinamais se rappeleront durant longtemps : mardi 2 juin ! Le jour annoncée de la proclamation officielle des résultats attendus depuis le 25 mai, alors que le président Bouterse, grand perdant de ce scrutin, annonce la mise en place du code rouge Covid. 

 
C'est aujourd'hui mardi 2 juin que le bureau indépendant électoral du Suriname doit annoncer le résultat du scrutin du 25 mai dernier. Le comptage avait été interrompu dimanche en raison d'une alerte Covid dans le bureau centralisateur de la capitale Paramaribo.

Des résultats officiels attendus alors que le pays referme ses écoles, ses casinos et cesse aussi toutes les liaisons entre Paramaribo et les autres régions du Suriname.
 

Le code rouge s'applique désormais dans le pays en ce qui concerne le risque de contamination par la Covid-19


Le coronavirus s'invite dans le bureau centralisateur des élections à Paramaribo.

Alors que 99 % des bulletins ont déjà été dépouillés et donnent une large victoire au leader du parti VHP, Chan Santokhi, le Suriname enregistre plus de 30 nouveaux cas de coronavirus dans la capitale Paramaribo et à Albina depuis 8 jours.
 

2 clusters sont identifiés au Suriname: à Paramaribo et à Albina

 

Il n' y avait plus aucun cas déclarés depuis plusieurs semaines au Suriname.
Le pays voisin de la Guyane avait, depuis le début de la crise sanitaire maîtrisé l’épidémie. Mais cette soudaine augmentation des cas avec 34 personnes testées positives ces derniers jours et 93 personnes mises en quarantaine sonne l'alerte.

Le pays avait déclaré, avant cette flambée de nouveaux cas, seulement 11 cas depuis le début de la crise sanitaire dont 9 patients déjà guéris et un décès.

La directrice de la santé publique, Cléopâtre Jessurun a annoncé sur les médias Surinamais que le nombre de cas infectés avaient énomément progressé en une semaine et demande à la population de porter un masque ou de se couvrir le nez en sortant.

Cléopatre Jessurun rapporte aussi

D'autres tests sont en cours. Je demande à la population de ne pas paniquer et de respecter les mesures.
 


La capacité d'accueil des patients au Suriname est déjà sous pression

Le code rouge s'applique désormais dans le pays en ce qui concerne le risque de contamination par la Covid-19


Le Suriname avait très vite réagit dés l’annonce de la crise du Coronavirus et le pays avait fermé toutes ses frontières maritimes, fluviales et aériennes dés le 15 mars.
La circulation du virus semblait sous contrôle.

Les élections et les orpailleurs vecteurs de contamination


Les élections qui ont eu lieu au Suriname le 25 mai et les rassemblements politiques à Paramaribo ont certainement favorisé la recrudescence des cas Covid dans la capitale.Des personnes testées à Paramaribo auraient aussi été contaminées à Albina et sur le Maroni.

Le Suriname surveille étroitement sa frontière avec la Guyane et a disposé des militaires sur la rive, en face des villages français du Maroni où le coronavirus circule pour ne pas laisser passer le virus de l'autre coté du fleuve.
 
Des militaires Surinamais en exercice sur le Maroni
Des militaires Surinamais en exercice sur le Maroni ©DR

Un orpailleur brésilien clandestin a été interpellé par les militaires Surinamais, circulant en pirogue sur l'embouchure de la Surinam River. Il faisait parti d'un groupe arrivant de Belem. Le garimperos a été testé positif au coronavirus et depuis, 4 autres personnes arrivant elles aussi de Belem ont été testées positives Covid-19.
 

Le Suriname se barricade


Le couvre-feu est de nouveau instauré.
Avec ces nouveaux cas dans la capitale et dans l'est, à la frontière avec la Guyane, le Suriname confine Paramaribo et Abina.
Le pont entre Albina et Paramaribo fermé
Le pont entre Albina et Paramaribo fermé ©DR

Le pont de Stolkertsijver qui relie Albina à Paramaribo est fermé et les trafics aériens de Stoelmans Island, Drietabbetje, Godoholo, Cottica, Lawa Tabiki, Antino, Lawa Anapaike et Oelemarie sont également interrompus pour les passagers à destination et en provenance de Paramaribo.

L'aéroport international est toujours fermé, plus aucun avion ne circule au Suriname et les casinos de Paramaribo sont de nouveau fermés comme les marchés, les crèches et les écoles qui accueillaient de nouveau les enfants depuis 10 jours .

 
Le président Bouterse
Le président Bouterse ©Allocution du président Bouterse le 1er juin 2020
Le président Bouterse a annoncé lundi soir sur la chaîne d'état National Information Institut que le couvre-feu était rétabli de 18 h à 6 h du matin et que les rassemblements de plus de 5 personnes sont interdits durant au moins 2 semaines .


Cette augmentation rapide de nouveaux cas au Suriname a eu des conséquences sur le déroulement du dépouillement des derniers bulletins de vote de la capitale Paramaribo.

Quand le coronavirus s'invite au dépouillement des bulletins de vote


L’annonce d’une personne positive au coronavirus alors qu’elle était présente la semaine dernière dans le Hall sportif qui sert de bureau centralisateur dans la capitale a semé la panique et fait fermer le bureau central des élections en urgence.
Le bureau central des élections de Paramaribo
Le bureau central des élections de Paramaribo ©DR

Le procès-verbal des résultats définitifs du scrutin a été interrompu

Les derniers bulletins de vote à dépouiller
Les derniers bulletins de vote à dépouiller ©DR
La salle a été interdite d’accès, le temps de la décontamination.
Chan Santokhi, le leader du Parti VHP est arrivé en tête du scrutin du 25 mai et devrait être le prochain président du pays de l’état.

Mais entre tensions politiques et crise sanitaire, le Suriname a la fièvre.

Les résultats dofficiels des élections sont attendus ce mardi.