Handicap : visite de la ministre Marie-Arlette Carlotti à Mayotte

santé
carlotti
La ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, en octobre 2013 à l'Elysée ©BERTRAND GUAY/AFP
La ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, a achevé lundi soir une visite de 48 heures à Mayotte, à l'invitation des Mahorais membres de l'Unapei qu'elle a rencontrés à un congrès à Marseille. 
Ces hommes et ces femmes de l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei) tenaient à ce que Mme Carlotti vienne constater comment, à Mayotte, le handicap et la pauvreté se cumulent et constituent une difficulté supplémentaire pour les familles.
 

Accélérer le rattrapage

"Je suis venue voir comment on peut faire du rattrapage pour la prise en charge des personnes en situation de handicap à Mayotte. Aujourd'hui, on a fait du rattrapage à Mayotte. On a progressé. Voyez les chiffres, c'est 292 places qui existent, 285 places pour les enfants et à peine 7 pour les adultes. Ça veut dire qu'on a énormément de retard en matière d'adultes, nous sommes en train de créer 60 places supplémentaires, elles sont déjà dans les tuyaux", a déclaré la ministre à l'AFP.
 
Elle a demandé aux différents partenaires concernés par le handicap et l'exclusion de travailler ensemble pour lui faire des propositions pour accélérer le rattrapage d'ici la fin de l'année. Elle a promis de se battre pour obtenir les crédits conséquents.
 
Elle a expliqué que Mayotte bénéficierait du troisième plan "autisme" dans l'Outre-mer. "Je suis venue annoncer 2 millions d'euros pour le plan autisme, c'est-à-dire qu'on va prendre en charge des enfants avec ce handicap spécifique extrêmement douloureux pour eux-mêmes et pour leurs familles qu'est l'autisme avec de l'aide aux familles, de la formation, des nouvelles places qui vont s'ouvrir", a précisé la ministre.
 

« S'adresser aux jeunes »

Elle a souligné que la lutte contre la pauvreté et la précarité était le combat de tout le monde et qu'elle appréciait que les dispositifs mis en place au niveau national soient très bien utilisés à Mayotte.
 
"Je pense aux emplois d'avenir qui marchent bien ici. Je pense au service civique. Des jeunes à qui on donne leur chance. Et je vais développer un autre accompagnement des jeunes qui s'appelle la garantie jeunes destiné aux jeunes complètement décalés, qui n'ont rien, quelques fois pas de familles, bien sûr pas de formation, pas de réseaux et l'année prochaine je suis sûr que Mayotte va s'emparer encore de ce dispositif parce qu'il y a une exigence ici, c'est de s'adresser aux jeunes et de les aider à sortir de la galère", a dit Mme Carlotti.
 
Elle a décidé également d'accélérer plus vite que prévu la hausse du niveau du RSA et de consolider le statut des personnels chargés d'encadrer les enfants handicapés dans les écoles.
 
Durant son séjour dimanche et lundi, la ministre a visité entre autres structures la Maison d'accueil spécialisée pour handicapés (APAJH), le siège de la Croix rouge à Mamoudzou, et l'Association départementale des amis et parents de personnes ayant un handicap mental (ADAPEI).