publicité

C'est un outil de narration multimédia innovant. Grâce à Tiki-Toki, nous vous proposons de retrouver notre série "Il y a 30 ans" en Nouvelle-Calédonie dans une grande frise chronologique interactive. Des photos, des vidéos, des témoignages, des archives, du texte : avec cette timeline interactive, vous pouvez revenir jour après jour sur les événements de 1988 en Nouvelle-Calédonie.

 

Une frise

Cliquez ci-dessous pour naviguer dans la frise réalisée par Ghislaine Vingot :
 

 

Pour partager

N'hésitez pas à partager cette timeline sur les réseaux sociaux. A l'approche du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie prévu le 4 novembre 2018, La1ere.fr a ainsi donné la parole aux petits et grands témoins de 1988. Ces derniers mois, vous avez pu découvrir des témoignages exceptionnels sur les "événements" de 1988 et la tragédie d'Ouvéa.

Cliquez ici pour retrouvez la playlist YouTube des témoignages et des archives : 
 

 

L'Histoire

Il y a 30 ans, la Nouvelle-Calédonie était au bord de la guerre civile. Indépendantistes et non-indépendantistes s'affrontent. Le 22 avril 1988, quatre gendarmes sont tués à la gendarmerie de Fayaoué à Ouvéa, et d'autres pris en otages dans la grotte de Gossanah. Le 5 mai 1988, un assaut est mené, deux militaires et dix-neuf militants indépendantistes sont tués. La tragédie d'Ouvéa est le paroxysme d'une crise qui ne cessait de s'aggraver.
 

Le 8 mai 1988 à Ouvéa, des personnes se recueillent devant les sépultures des militants indépendantistes tués au cours de l'assaut de la grotte de Gossanah. © REMY MOYEN / AFP


Le 8 mai 1988, François Mitterrand est réélu président de la République, et nomme Michel Rocard, Premier ministre. En vue de ramener la paix, il envoie en Nouvelle-Calédonie une mission du dialogue. Exceptionnelle, unique, cette mission va rencontrer des centaines d'interlocuteurs et renouer les fils du dialogue.

Dans le même temps, les habitants d'Ouvéa essaient de reprendre leur quotidien, mais dans les écoles, les églises, et les commerces, les traumatismes et les douleurs sont à vif. Avec la mort des "dix-neuf" et les arrestations de jeunes soupçonnés d'avoir participé de près ou de loin à la prise d'otage, chaque famille a perdu un enfant.
 

La mission du dialogue à Ouvéa en Nouvelle-Calédonie en mai 1988. © AFP


Lorsque la mission du dialogue achève son travail, elle rentre à Paris. Les grandes lignes d'un accord se dessinent. Après d'intenses négociations menées à Matignon entre Jean-Marie Tjibaou, leader du FLNKS, et Jacques Lafleur, leader du RPCR, des accords sont signés sous l'égide du Premier ministre, Michel Rocard, le 26 juin 1988. Rares sont les personnes qui ont assisté à ces discussions. Plus rares encore sont celles qui ont témoigné de ces négociations, et des événements d'"Il y a 30 ans".

 

Aller plus loin

YouTube, Twitter, Facebook, sur nos réseaux sociaux, comme sur notre site internet, La1ere.fr a diffusé leurs témoignages ces derniers mois. Pour aller plus loin et en savoir plus, n'hésitez pas à cliquer sur nos grands-formats.

Retrouvez les ci-dessous, par ordre chronologique, dans nos articles publiés semaine après semaine :